1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

Le pardon de la "Dame de Fer"

La presse allemande a largement commenté la condamnation de l'ex-Première dame ivoirienne, Simone Gbagbo à 20 ans de prison pour son rôle dans les violences post-électorales qui ont fait quelque 3.000 morts en 2011.

La Süddeutsche Zeitung rappelle que ses partisans dénoncent un „procès politique“ avec une condamnation deux fois plus lourde que ce que le parquet général lui-même avait requis (10 ans de prison).

Flash-Galerie Elfenbeinküste Abidjan Kämpfe

Combats nocturnes à Abidjan en avril 2011

Il faut dire que celle qu'on surnommait "la Dame de Fer " et "Xena, la princesse guerrière" s'est fait beaucoup d'ennemis durant le mandat de Laurent Gbagbo. La Cour Pénale Internationale qui aurait voulu elle-même lui faire le procès, la considère comme l'alter ego de l'ex- président Laurent Gbagbo- actuellement écroué à la Haye à la CPI.

Elfenbeinküste Ex-Präsident Laurent Gbagbo mit seiner Frau Simone

L'ex -couple présidentiel de Côte d'Ivoire, Laurent et Simone Gbagbo (en avril 2009)

Des années déjà avant l'élection perdue, les commandos de la mort redoutés par les opposants, étaient déjà probablement sous les ordres de la "Dame de fer"et on la rend aussi responsable de la disparition de journalistes critiques.


Dans la biographie de cette titulaire d'un doctorat d‘histoire, plusieurs moments peuvent expliquer en partie cette dureté de caractère: Simone Gbagbo a grandi sans sa mère, morte à sa naissance. Pendant ses études et après, Simone Gbagbo s'est engagée dans des syndicats et des groupes marxistes, a lutté pour l'introduction d'un système multipartite et avait été arrêtée à cause de cela par le régime de l'époque. En 1996, ce n'est que de justesse qu'elle a survécu à un accident de voiture, ce qui l'a poussée vers la religion et vers une secte évangélique.

Elfenbeinküste - Simone Gbagbo

En septembre 2008, un meeting à Bouaké


L'éditorialiste rappelle les paroles de Simone Gbagbo avant que ne soit prononcé la sentence, paroles qui pourraient être interprétées comme une menace. L'ancienne "Dame de Fer" a accordé le pardon à ses adversaires comme au tribunal qui l'aurait traité de manière humiliante durant le procès: "Si nous ne pardonnons pas, ce pays sera la proie des flammes."

Autre thème: la lutte contre Boko Haram

L'offensive militaire commune de quatre armées africaines contre la milice terroriste nigériane semble être suivie d'effets, relève le quotidien berlinois Der Tagesspiegel. Après que Boko Haram ait étendu ses attaques à toute la région, le Nigeria, le Niger, le Tchad et le Cameroun se sont mis d'accord sur une riposte militaire coordonnée.

Kamerunische Soldaten an der Grenze zu Nigeria Archiv 12.11.2014

Soldats camerounais à la frontière du Nigéria

Cette offensive militaire se poursuit depuis le report de la date de l'élection présidentielle nigériane de la mi-février à fin mars. Apparemment, les troupes ont reconquis plusieurs zones dans les régions occupées par Boko Haram. Les autorités nigérianes ont du moins annoncé la libération de 36 agglomérations. C'est sans doute sous cette pression militaire que le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, a prêté allégeance à "l'Etat Islamique.

Afrika Nigeria Niger & Tschad Offensive gegen Boko Haram

Le Nigéria n'est plus seul pour lutter contre Boko Haram. Ici un véhicule de l'armée tchadienne

Difficile de dire ce que ce serment de fidélité de Shekau signifie dans la pratique, selon l'éditorialiste. L'armée nigeriane y voit ,elle, un signe de faiblesse et la preuve que sa stratégie pourrait, cette fois, aboutir à la victoire finale. Mais suggère le journal, la milice terroriste peut tout aussi bien se révéler encore plus dangereuse qu'elle ne l'est déjà actuellement. Boko Haram est toujours en mesure de terroriser la population dans le nord du Nigéria. Et si Boko Haram collaborait avec la branche libyenne de l'Etat Islamique, cela aurait de fatales conséquences, pour le Niger notamment. L'armée mal équipée de ce pauvre état désertique ne compte que 12.000 hommes. Or, rappelle le Tagesspiegel, Boko Haram, à lui seul, compte plus de 15.000 combattants bien entraînés et bien équipés!"

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !