1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Le pétrole et "Pegida"

A la Une des journaux allemands aujourd’hui : les manifestations du mouvement anti-islamiste Pegida et la chute des cours du pétrole. Au moins 1,5 millions de barils sont déversés sur le marché sans trouver d’acheteurs.

Les cours du pétrole brut chutent encore, titre laFAZ, la Frankfurter Allgemeine Zeitung.Depuis le début de l’année, le prix du baril, environ 160 litres, a perdu 11% de sa valeur. L’une des raisons qui explique cette baisse est la surabondance de l'offre et les inquiétudes qui pèsent sur la demande des consommateurs, en l'occurrence l'Europe, mais aussi la Chine où la croissance a tendance à ralentir. Ce plongeon pourrait à terme doper la reprise économique mondiale, mais en attendant, la dégringolade des cours continue. Et cela risque de mettre à genoux l'économie russe, un pays qui tire une bonne partie de ses revenus du pétrole, estimele journal de Francfort.

Les cours de l'or noir sont les plus bas depuis février 2009, nous rappelle le journal bavarois, Süddeutsche Zeitung. Les cours étaient à moins de 49 dollars américain hier dans l’après midi. Les restes organiques qui sont à la base des gisements de pétrole ont une fin. Et il arrivera un jour où la demande en or noir atteindra son apogée et c’est à ce moment-là que la production se fera de moins en moins, estime le quotidien.

Mafifs anti-Pegida

La Frankfurter Rundschau revient sur les manifestations du mouvement Pegida en Allemagne. Si Pegida, qui veut dire « les Européens patriotes contre l'islamisation de l'Occident », a produit quelque chose de positif, c’est que des milliers de contre-manifestants ont reconnu que la démocratie constitutionnelle ne va pas de soi, mais nécessite l'engagement actif de tout citoyen. Lundi dernier les contre-manifestants étaient plus nombreux que les militants de Pegida dans certaines villes allemandes, à l’instar de Cologne et Berlin.

Moise et le troisième penalty

Un autre sujet mais pas le moindre traité par la taz, die tageszeitung, est la tension politique en République démocratique du Congo. « Moise et le troisième penalty » c’est le titre qu’a donné le quotidien berlinois à l’article. Moise du nom du gouverneur de la province du Katanga, Moise Katumbi, qui s’est montré hostile à un troisième mandat du président Joseph Kabila - pourtant un allié. Le journal se demande si le président Kabila va perdre la base de son pouvoir. Le Katanga est la province la plus développée économiquement du pays, mais aussi son fief. Le président, qui fait face à une contestation inhabituelle au Katanga, a essayé par sa visite au début du mois dans cette province d'unir la région derrière lui, mais peine perdue. En RDC, la consitution limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Le gouverneur Moise Katumbi pourra-t-il survivre à ce combat face au président ? se demande la taz.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !