1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Niger se retire de l'ITIE

Le Niger se retire de l'Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE). Le pays avait déjà été "suspendu" fin octobre pour progrès insuffisants.

Écouter l'audio 02:08

"C'est une mauvaise nouvelle pour le Niger" (Ali Idrissa, Rotab)

La suspension du Niger a été jugée injuste par les autorités ce qui a motivé la décision de retrait du pays. C’est du moins ce qu’a expliqué le ministre nigérien des Mines qui s’est exprimé sur le sujet devant les députés. 

Hassane Barazé Moussa attribue la "suspension" du Niger" au fait que le Conseil d'administration de l'ITIE s'est "mêlé d'une affaire judiciaire" en établissant un lien entre l'arrestation de certains acteurs de la société civile" et "l'affaire uraniumgate". Une affaire révélée mi-février dans la presse et qui porte sur la vente, présumée douteuse et à travers de multiples intermédiaires, d'uranium nigérien. Un Collectif de la société civile avait déposé une "plainte contre X". 

Le Niger avait été suspendu de l'ITIE en raison notamment de "divulgation des contrats" et de non-respect de "publication des données" sur les versements de dividendes au profit des zones minières. 

Il est également reproché au Niger "la restriction de l'espace" pour la société civile, en lien avec de récentes arrestations d'acteurs s'intéressant au secteur minier.

Pour Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, le Réseau des organisations pour la transparence et l'analyse budgétaire au Niger, ce retrait de l’ITIE est une mauvaise nouvelle. Cliquez sur la photo ci-dessus pour écouter sa réaction.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !