1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Interview de la semaine

Le n'cui camerounais, visqueux mais vertueux

Il a beau être visqueux et gluant, le n'cui est un plat apprécié des Bamilékés du Cameroun, accompagné de couscous de maïs. Du quartier Béédi au marché Bépenda Double Balle, on peut le déguster aussi à Douala.

Le « n’cui » est une sauce gluante, tirée d’une plante du même nom, et qui accompagne le couscous de maïs. On lui prête de nombreuses vertus. Sa préparation tient de la pure tradition bamiléké, grande ethnie des hautes terres de l’ouest camerounais.

Suivons à la cuisine Ma’a Elodie, la tante de Catherine, venue depuis l’Ouest à l’occasion de la naissance du petit Talla. Écoutez le reportage ci-dessous :

Écouter l'audio 02:33

"Il faut aimer la personne qui l’a préparé pour le consommer !" (H. Fotso)












La recette :

Préparer les condiments, au nombre de douze. Les principaux en sont :
Lem (écorce qui donne au ncui son parfum durable)
Dzu’tumte (la racine qui donne au ncui un lointain arrière goût sucré)
N’guedjo (les aubergines amères)
Kanwan (Sel gemne)
Gnachouo (graine aromatique)
Le piment
Le sel

La préparation:

Après avoir épluché le n'cui, le mettre à tremper, puis plonger dans l’eau chaude pendant 15 minutes pour qu'il devienne bien gluant.

Ensuite, commencer à presser pour recueillir le jus de n'cui.

Le liquide est assaisonné de condiments, dans la marmite d’où l’on vient de sortir le couscous de maïs qui l’accompagne. Bien avant, il faut avoir écrasé ces condiments, car les écorces sont très dures.

Le « n’cui » est traité à mains nues.

Audios et vidéos sur le sujet