1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

REVUE DE LA PRESSE

"Le monde entier pris en otage"

Les journaux allemands commentent abondamment l'escalade du conflit entre les États-Unis et la Corée du Nord. Ils reviennent également sur les problèmes financiers des communes en Allemagne.

Nordkorea - Konflikt - USA (Getty Images/AFP/K. Won-Jin)

Des Coréens du Nord manifestent à Pyongyang contre les Etats-Unis

Que les choses soient claires, écrit la Süddeutsche Zeitung, c'est bien la Corée du Nord et son dirigeant qui ont déclenché et entretenu ces provocations. Mais contrairement à son père ou à son grand-père, Kim Jong-un n'a pas encore fait savoir quel en était l'objectif. Donald Trump, en revanche, a immédiatement répondu à cette provocation en duel, et il a ainsi commis la plus grosse bêtise de son mandat, selon le quotidien de Munich.

D'un échange de coups technique et contrôlé, on est passé à une confrontation politique, voire personnelle. Le locataire de la Maison Blanche ne pouvait pas faire plus plaisir au dictateur, conclut le journal.

DW-Karikatur von Sergey Elkin - Raketen-Streit USA & Nordkorea (DW/S. Elkin)

Caricature de Sergey Elkin illustrant le conflit entre la Corée du Nord et les Etats-Unis

La tageszeitung, la taz, publie en Une une photo des deux dirigeants tels deux enfants tout sourire avec, derrière eux, le spectre de Hiroshima. En faisant cavalier seul, écrit la journaliste Dorothea Hahn, Donald Trump a tourné le dos à tous ceux qui recherchaient une solution pacifique commune à la crise avec Pyongyang.

Et tout particulièrement à la Corée du Sud qui serait la première victime en cas d'escalade militaire sur la péninsule. Mais le président américain ignore ce danger-là, il réduit le problème à un conflit entre les États-Unis et la Corée du Nord. Avec leur joute verbale, affirme la taz, Donald Trump et Kim Jong-un prennent le monde entier en otage.

Südkorea TV zeigt die Distanz von Nordkorea zu Guam bei einem möglichen Rakteneinsatz (Getty Images/AFP/J. Yeon-Je)

La télévision sud-coréenne montre la distance entre la Corée du Nord et Guam

La Frankfurter Rundschau tente pour sa part de trouver des moyens d'apaiser le conflit. "Kim est avide de respect international, d'une certaine image", écrit le quotidien progressiste de Francfort.De plus, son pays a un besoin urgent de livraisons de marchandises pour ne pas tomber davantage dans la pauvreté.

Dans des négociations directes, il sera probablement prêt à faire des concessions, y compris à limiter son programme nucléaire. On pourrait envisager, propose la Frankfurter Rundschau, un marché semblable à celui conclu avec l'Iran: l'ensemble des équipements permettant de fabriquer des bombes nucléaires et des missiles sera mis sous surveillance internationale. La Corée du Nord restera en possession des armes et pourra, dans ces conditions, recommencer à faire du commerce avec le monde extérieur.

Les journaux allemands s'intéressent également au fossé financier qui se creuse entre les différentes communes du pays

L'argent est bel et bien là, souligne l'Allgemeine Zeitung de Mayence. Mais il n'est pas réparti correctement. Même si ce terme de répartition fait grincer des dents des libéraux. C'est très bien d'exiger une concurrence entre les communes. Mais pour pouvoir y parvenir, il faut leur en donner la possibilité. Ce n'est pas le cas actuellement, conclut le journal de Mayence.

Symbolbild Zahlungsmoral Geldscheine (picture-alliance/dpa/J. Woitas)

L'argent pour les communes est là, mais mal réparti selon les journaux

 Au quotidien, les habitants de Gera ou de Gelsenkirchen sentent bien qu'ils n'ont aucune chance dans la compétition avec des villes comme Munich ou Stuttgart. Les communes faibles restent faibles, écrit la Frankfurter Rundschau, et les communes fortes deviennent de plus en plus fortes. La classe politique ne va pas pouvoir arrêter ce mécanisme.

 Mais ce qu'elle peut faire, affirme le quotidien de Francfort, c'est de garantir aux plus faibles une compensation financière.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !