Le Mali victime de la chute de Kadhafi? | Afrique | DW | 11.05.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Mali victime de la chute de Kadhafi?

Avant le coup d'État du 22 mars, le nord du pays était déjà en proie à des revendications indépendantistes. Selon le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, la déstabilisation du Mali est liée au conflit libyen.

In this photo taken Saturday, April 14, 2012, a Tuareg separatist rebel from the NMLA (National Movement for the Liberation of the Azawad) gestures from his vehicle, in a market in Timbuktu, Mali. West Africa's regional bloc is recommending the deployment of a regional force to Mali after Tuareg rebels declared an independent state, dubbed Azawad, following a military coup last month. Regional bloc ECOWAS said Friday, April 13 that the force would help Mali secure its territory and serve as peacekeepers. (Foto:AP/dapd)

Mali Tuareg Unabhängigkeitsbewegung Mouvement national de libération de l'Azawad MNLA

C'est un fait certain. Les rebelles touaregs ont profité de l'instabilité créée par le renversement d'Amadou Toumani Touré pour conquérir le territoire et créer leur Etat de l'Azawad. Pendant les mois qui ont précédé la chute de Mouammar Kadhafi, plusieurs milliers de personnes ont regagné leur pays. Selon l'Onu, il s'agit principalement de travailleurs migrants.

C'est le cas de Damba Koné. Pendant 11 ans, il a été boucher à Gatrun, un village dans le sud de la Libye. Mais en avril 2011, pendant le conflit libyen, il a été agressé :: « J'ai été dépouillé en une nuit du peu que j'avais et qui pouvait me permettre de m'en sortir une fois au Mali. On m'a tout pris. Je n'ai plus rien.»

©Xavier Malafosse/Wostok Press/Maxppp France, Montpellier 31/05/ 2008 Moussa Ag Assarid, porte parole du MNLA (Mouvement national pour la libération de l'Azawad),qui vient de proclamer l'independance de l'Alawad au Nord Mali assiste a lla Comedie du Livre a Montpellier Schlagworte Politik, Personen, Konflikte, Rebellen, Tuareg, Widerstand, Kopfbedeckung

Moussa Ag Assarid, porte parole du MNLA (Mouvement national pour la libération de l'Azawad)

Traitement de faveur

Damba Koné a pu regagner le Mali, son pays d'origine. Mais à l'instar de 12 000 autres migrants qui ont fui la Libye, il est en colère contre les autorités maliennes. Car tous ceux qui sont rentrés au pays n'étaient pas des travaileurs. Il y avait aussi d'anciens combattants armés. Damba Koné dénonce ainsi un traitement de faveur envers les touaregs armés rentrés de Libye. Le gouvernement, affirme-t-il, leur a offert des dizaines de milliers de dollars en espérant qu'ils renonceraient à leurs revendications indépendantistes.

Amadou Waigalo du bureau des immigrants au ministère des affaires étrangères maliennes explique que « avec les Touaregs, c'est une dimension politique. C'était une façon de gérer la situation. C'était une approche du gouvernement pour avoir une accalmie. »

From (L to R) Senegal's President Macky Sall, Guinea's President Alpha Conde and Togo's President Faure Gnassingbe attend an Economic Community of West African States (ECOWAS) meeting to discuss the Mali crisis and Guinea-Bissau's coup in Abidjan April 26, 2012. REUTERS/Luc Gnago (IVORY COAST - Tags: POLITICS)

Réunion de la Cedeao fin avril à Dakar à propos de la situation au Mali

Aucune solution diplomatique

Cette stratégie apparemment n'a pas marché. Des 2 000 Touaregs revenus de Lybie, beaucoup ont rejoint le Mouvement national de libération de l'Azawad, le MNLA. Début avril, ils ont déclaré l'indépendance du Nord. Depuis, le Mali est divisé en deux. Le pays cherche par ailleurs à restaurer sa légitimité constitutionnelle depuis le coup d'Etat du 22 mars qui a renversé le président Amadou Toumani Touré. Actuellement, aucune solution diplomatique ni militaire n'est en vue et le gouvernement provisoire en place a du mal à transférer le pouvoir aux civils.

Cette situation frustre Harouna, un Malien qui a fui la Lybie en guerre. Actuellement, il se dit impuissant face à son sort : « Où est-ce que je peux aller maintenant? Je ne connais aucun endroit où je peux me refugier avec ma famille.»

Auteur : Ramata Sore

Edition : Jean-Michel Bos

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !