1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Mali vers une loi d'amnistie pour les rebelles repentis

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita se croit sur le chemin d'une réconciliation. Pourtant son annonce d'une loi pour amnistier des rebelles n'ayant pas de sang sur leurs mains reste incompréhensible pour certains.

Écouter l'audio 02:08

"On est en train de mettre la charrue avant les boeufs !"(Siaka Doumbia)

Le début de l'année est marqué par d'intenses activités politiques au Mali. Après le retour d'exil de l'ex-président Amadou Toumani Touré, soutenu par l'actuel chef de l'Etat, et la formation d'un nouveau gouvernement, le président Ibrahim Boubacar Keita a annoncé une loi d'amnistie pour les rebelles qui acceptent de se repentir.

Konflikte Algerien Mali Unterzeichnung eines vorläufigen Friedensabkommens für Mali (Reuters/Zohra Bensemra)

En mai 2015, la CMA a signé après l'avoir un temps boudé, l'accord de paix d'Alger

Cette loi est censée conforter la réconciliation nationale. Pourtant, la démarche a du mal à convaincre. Selon Siaka Doumbia, expert au CRAPES, le Centre de recherches et d'analyse politique économique et social au Mali, le Mali ne dispose toujours pas d'une commission pouvant établir les responsabilités dans les différents faits de violence enregistrés par le pays.

Par ailleurs, l'expert se montre sceptique quant à la réussite d'un processus de réconciliation qui donne de l'importance aux responsables de groupes rebelles sans prendre en considération les populations à la base dont ces chefs rebelles se disent les représentants. Monsieur Siaka Doumbia craint à la fin une prime à l'impunité.

Pour écouter son interview, cliquez sur l'image de l'article !

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !