1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Mali inquiète les Libyens

Proche du Mali et souvent citée concernant l’armement des milices islamistes, la Libye s’est déclarée opposée à une intervention militaire. Mais à Tripoli, les habitants semblent soutenir la décision française.

Le Premier ministre libyen, Ali Zeidan, a déclaré préférer « le dialogue » à la force au Mali. Toutefois dans la capitale, les habitants ne sont pas forcément de cet avis. Si les Libyens s'inquiètent de la situation au Mali, c'est parce que cela touche un sujet qui leur est cher : la sécurité.

La France avait mené l'intervention de l'Otan en Libye en 2011

La France avait mené l'intervention de l'Otan en Libye en 2011

Abdul Bassit a le regard tourné vers le sud du pays, si difficile à contrôler pour les forces de l'ordre : « Nous sommes particulièrement inquiets pour les frontières libyennes. Ces milices peuvent venir en Libye et faire la même chose qu'au Mali. Ces milices menacent le monde entier, pas seulement les Maliens. Donc s'ils battent le gouvernement malien, ils iront ensuite dans un autre pays africain, comme le Burkina Fasso, l'Algérie ou la Mauritanie… Le monde entier doit aider les Français à en finir. »

Taha Jawashi est photographe. S'il pense aussi que l'intervention française était justifiée, il s'interroge sur celle-ci : « C'est dommage qu'il n'y ait que la France qui aide. J'aurais préféré que l'Onu, plus que la France, aille aider là-bas. Parce qu'on sait que le Mali est une ancienne colonie française et ça pose des questions. »

L’Algérien Mokhtar Belmokhtar a revendiqué la prise d’otages en Algérie au nom d’Al Qaïda

L’Algérien Mokhtar Belmokhtar a revendiqué la prise d’otages en Algérie au nom d’Al Qaïda

Des questions qu'il ne s'était pas posé lorsque la France et l'Otan sont intervenus en Libye : « Il n'y a pas eu de forces françaises sur terre en Libye. La France a fait un beau travail, et puis c'est tout. Après ils sont retournés chez eux. Là, au Mali, par contre, il y a des forces françaises sur terre. Je me demande s'ils vont rester plus tard ou pas. »

Jamal Aljiw, lui, s'inquiète de l'implication des Libyens. Les groupes islamistes du nord Mali se seraient en effet armés en Libye. Et le groupe à l'origine de la prise d'otage d'In Amenas, en Algérie, venait, semble-t-il, du sud libyen. « Nous n'aimons pas que des Libyens y soient mêlés. Mais s'il y a quelques personnes, une, deux, trois personnes, ce sont des choses qui arrivent. On a entendu que quelqu'un venait du Canada ou d'autres pays. Cela ne prouve pas que les Libyens soutiennent la situation là-bas. »

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !