1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Mali dans le flou

Après le coup d'Etat militaire qui a renversé le président Amadou Toumani Touré, le flou persiste sur les intentions des putchistes. Des soldats se sont livrés à des pillages à Bamako, la capitale.

Le Mali s'est de nouveau réveillé sous la botte des militaires qui ont pris le pouvoir jeudi à Bamako. Le capitaine Amadou Aya Sanogo semble bien être le chef des mutins qui ont renversé Amadou Toumani Touré. La tête pensante du Comité National pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l'Etat n'était pas connue des Maliens. Maintenant qu'il est au centre de l'actualité, quelques informations filtrent sur ce capitaine originaire de Ségou, la deuxième ville économique du pays.

Pour en savoir plus, écoutez le portrait de Amadou Aya Sanogo dressé par Moustafa Maïga, le directeur de publication du journal "Le Ségovien", basé à Ségou.

Mali Putsch Militär in Bamako

Hormis les militaires, les rues de Bamako sont vides

Les mutins ont surpris, aussi, par leur manque de professionnalisme, notamment en matière de communication. C'est du moins ce qu'en pense le coopérant allemand Henner Papendieck. Il a dirigé pendant 17 ans le programme Mali-Nord de la coopération allemande, GIZ.

Incertitudes sur le sort d'Amadou Toumani Touré

Selon des sources indépendantes, le président renversé serait toujours à Bamako. A Addis-Abeba, l'Union africaine a semblé confirmer cette thèse en déclarant que l'ancien président était "en sécurité" sous la protection de fidèles dans les environs de la capitale. L'organisation panafricaine a par ailleurs suspendu la participation du Mali jusqu'au rétablissement de l'ordre constitutionnel.
Outre le sort du président, c'est aussi celui des touareg vivant à Bamako qui inquiète. Bob Barry fait le point sur la situation qui prévaut dans le pays ce vendredi.

Réactions étrangères

Comme toutes les chancelleries européennes, Berlin a condamné le coup d'Etat militaire. Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle recevait jeudi son homologue béninois, Nassirou Bako-Arifari. Le Bénin préside actuellement l'Union Africaine, et tout comme le président de la Commission de l'organisation Jean Ping, Nassirou Bako-Arifari demande aux mutins de mettre un terme à leur action. Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter son point de vue sur la crise.

Auteurs : Philippe Pognan, Dirke Köpp, Audrey Parmentier
Edition : Sandrine Blanchard, Konstanze von Kotze

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !