1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Le maire de Hambourg fait son mea culpa

Les journaux reviennent sur les excuses du maire de Hambourg après les violences qui ont émaillé le sommet du G20 et la conférence de Trieste en Italie.

"Olaf Scholz demande pardon à la population de Hambourg pour les journées et les nuits agitées  pendant le G20" écrit le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung. Selon le maire de Hambourg, dont les propos sont rapportés par la Faz, jamais la ville qu'il dirige n'a connu autant de violences. Mais pour le journal Südkurier, Olaf Scholz ne doit pas se dérober aussi facilement à ses reponsabilités. Le quotidien accuse le maire de ne pas avoir pris les menaces des manifestants au sérieux. M. Scholz a préféré suivre un concert à la Philharmonie pendant que manifestants anti-G20 et policiers s'affrontaient dans la rue.

G20 Gipfel in Hamburg | Plakat - Herr Scholz wir müssen reden (Reuters/F. Bimmer)

Les manifestants lance un appel à Olaf Scholz

Pour le Südkurier, le premier percepteur des impôts de la ville  est resté de marbre plutôt que d'agir pour éteindre le feu. 
Olaf Scholz a échoué là où ses précédeurs ont réussi, note le journal qui rappelle qu'en 1962, alors que toute la ville était innondée, le maire de l'époque Helmut Schmidt était là, sur tous les fronts.

Enfin, le quotidien berlinois Tageszeitung qualifie de maigre l'argument avancé par l'actuel maire de Hambourg qui a affirmé qu'aucune autre ville d'Europe occidentale ne pourrait abriter le sommet du G20, si celui-ci n'était pas possible à Hambourg.

Les violences à Hamboug n'arrangent ni le maire ni le Parti dont il est issu, le SPD

La page Scholz est-elle tournée, s'interroge die tageszeitung ?  Difficile de répondre à cette question, écrit le journal. Il faudra attendre les résultats des élections législatives de septembre. La taz estime tout de même que les chances de réélection d'Olaf Schloz à l'Hôtel de ville restent minces. 

Auftaktveranstaltung der NRWSPD Martin Schulz (picture-alliance/dpa/Revierfoto)

Le candidat social-démocrate Martin Schulz

Enfin, l'hebdomadaire die Zeit donne raison à la chancelière allemande Angela Merkel lorsqu'elle déclare: quand il y a une rupture de dialogue, c'est le moment de se mettre ensemble pour trouver la solution aux problèmes. 

Conférence de Trieste en Italie 

Et le journal Frankfurter Allegmeine Zeitung fait preuve d'un pessimisme déroutant. La Faz écrit: " S'il est évident qu'on peut encore parler aujourd'hui d’un changement politique dans les Balkans, il faut ajouter que ce changement ne va pas dans le sens de la démocratie et de l'Etat de droit, mais qu'il tend plutôt vers l’autoritarisme et le népotisme." 

Teilnehmer des Gipfels im Trieste über westlichen Balkan (DW/A. Feilcke)

Les dirigeants européens et leurs homologues des Balkans

Pourtant, le sommet de Trieste, le quatrième du genre, s'inscrit dans le cadre d'une série de réunions dites du "processus de Berlin", lancé en 2014. Il  a pour but d'encourager les réformes dans les pays des Balkans qui ont tous engagé une procédure d'adhésion à l'Union européenne dans un contexte de stagnation économique et sociale. Cependant, il faut reconnaitre que les élites politiques des Balkans sont corrompues et usent d'une rhétorique nationaliste qui n'inspire pas confiance, conclut la Faz.  

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !