Le M23 au service des politiques congolais? | Afrique | DW | 23.02.2017
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le M23 au service des politiques congolais?

Officiellement, les rebelles du M23 ont été défaits en novembre 2013, mais ils resurgissent par intermittence - à croire que ces rebelles sont instrumentalisés par certains acteurs politiques, comme moyen de pression.

Écouter l'audio 02:36

"On ne comprend plus les politiciens congolais. Ils aiment bien les gros gâteaux." (Godé Atshwel-Okel)

Kongo Joseph Kabila (picture-alliance/AP Photo/J.Bompengo)

Joseph Kabila n'a pas toujours pas dit qu’il quitterait le pouvoir

L'expérience a montré que la plupart des mouvements armés en RDC ne se réactivent qu'en cas d'enjeu majeur, par exemple à l'approche des élections, ou lorsqu'une impasse politique se présente, comme c'est le cas actuellement avec les difficultés liées à la mise en œuvre de l'accord du 31 décembre 2016, chapoté par les évêques catholiques de la CENCO, la conférence épiscopale nationale du Congo. Professeur de Sciences politiques et management à l'Université de Kinshasa, Godé Atshwel-Okel estime que certains hommes politiques participent à la résurgence de ce mouvement armé.

"Au sein du gouvernement, il y a certaines émanations du M23. Lorsque le M23 se lève, on en prend certains, on les met au gouvernement et la situation se calme. Il ya aussi Bundu dia Kongo qui en fait était hier de mèche avec le gouvernement. Et aujourd’hui il se rétracte. On ne comprend plus les politiciens congolais. Ils aiment bien les gros gâteaux."


Complaisance du pouvoir congolais?

Preuves à l’appui, le politologue Charis Basoko croit lui aussi que le gouvernement congolais est de mèche avec les rebelles du M23:

"Pourquoi après avoir remporté une victoire, vous allez négocier avec les personnes que vous avez vaincu, à parts égales? Même s’il fallait respecter les règles internationales. Et finalement, vous vous retrouvez un peu comme des personnes qui ont faits un match nul. On se pose la question si notre gouvernement n’est pas  complice d’une certaine façon ou s’ils sont si faibles que ça… "

Kongo M23 Rebellen M23-Kommandant Sultani Makenga (PHIL MOORE/AFP/Getty Images)

Sultani Makenga, le chef l'ancien groupe rebelle du Mouvement du 23 mars (M23) avait quitté l'Ouganda, où il s'était réfugié en 2014 après la défaite de ses hommes contre l'armée congolaise


Le Mouvement du 23 mars, appelé M23, est l'un des tout derniers mouvement rebelles soutenus par le Rwanda et l'Ouganda. Composé d'anciens rebelles du CNDP réintégrés dans l'armée congolaise, leur nom provient des accords du 23 mars 2009 qu'ils ont signés avec le gouvernement congolais. Avant de se mutiner en avril 2012 pour non-respect des clauses de cet accord. Elle a sévi au Nord-Kivu entre 2012 et 2013, avant d’être défaite par les forces armées congolaises et la MONUSCO, la mission de l’ÓNU en RDC. Et de nombreuses ONG de défense des droits de l'Homme accusent ces rebelles du M23 de violences contre les populations civiles.

 

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !