1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

"Le même ennemi"

Les attentats de Paris, vendredi 13 novembre, ont secoué l'Allemagne. La presse se penche sur les suites de l'événement. L'ennemi commun est identifié, mais quels moyens sont justes dans la lutte contre le terrorisme?

Deutschland Berlin Trauer nach Anschlag in Paris vor frz. Botschaft

Une foule s'est rassemblée devant l'ambassade de France à Berlin, lundi 16 novembre à midi, pour observer une minute de silence en mémoire des victtimes des attentats parisiens

Les attentats de Paris ont fait la Une de la presse allemande, avec un titre, récurrent : "Terreur à Paris". En première page, la tristesse et l’émotion dominent. Les éditorialistes rendent hommage à Paris, ce "symbole de la vie et de la liberté", comme l’écrit la Süddeutsche Zeitung, de Munich. "La terreur peut impressionner la France, mais pas lui voler son âme", poursuit l’éditorialiste.

IS Kämpfer Videostill

La ville de Rakka, dans le Nord de la Syrie, fait figure de capitale officieuse de l'État Islamique

Mais rapidement, la politique reprend le dessus. Le président français François Hollande a parlé de "guerre", la presse allemande préfère le mot "combat": "Dans le combat contre le terrorisme, il est autant nécessaire d’attaquer que de se défendre", lit-on dans les colonnes de la Frankfurter Allgemeine Zeitung, de Francfort. Mais il ne faut pas céder à la panique, dangereuse. "Cette guerre ne peut être menée qu'en respect des obligations en matière de droit constitutionnel, international et européen. Cela exclut de soumettre une minorité à un soupçon généralisé, parce qu’elle partage une même religion."

Les réfugiés, possibles victimes collatérales?

Un soupçon qui ne doit pas non plus peser sur les migrants et réfugiés qui cherchent asile et protection en Europe, ajoute le quotidien Der Spiegel, de Hambourg. Le débat autour de cette question prend de l'ampleur en Allemagne. Mais "ce serait creuser davantage le fossé entre le monde musulman et l’Occident de tradition chrétienne", affirme le journaliste.

Flüchtlinge Syrien Mazedonien Migranten

Les migrants et réfugiés continuent de transiter par la route des Balkans, dans l'espoir de pouvoir s'installer en Europe de l'Ouest

"Car le seul moyen de lutter à long-terme contre la radicalisation, c’est d’entretenir la volonté de vivre ensemble. Depuis vendredi soir, une chose est claire: nous pleurons les mêmes victimes, partageons les mêmes peurs. Et nous avons le même ennemi. "

Le financement, point faible de l'organisation État Islamique

Plusieurs journaux évoquent un point faible et accessible de l'organisation État Islamique: les finances. À l’image de die tageszeitung, la taz, de Berlin: "L’État Islamique se finance par de la vente de pétrole, le commerce d’antiquités, les rançons en échange de libération d’otages – à tout cela, nous pouvons et nous devons mettre un terme" affirme le journal.

La rédaction vous recommande

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !