Le livre électronique au banc d′essai | Europe | DW | 20.05.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Le livre électronique au banc d'essai

Le livre électronique parviendra-t-il à s’imposer en Europe ? En Allemagne, même si les libraires et éditeurs cherchent d’ores et déjà à l’apprivoiser, le public reste sceptique.

default

Le confort de lecture du livrel convainc, mais son utilité reste à prouver.

Plusieurs modèles de livres électroniques sont désormais disponibles en Europe... Le e-reader, ou e-book, ou encore livrel, en bon français, est un peu plus grand qu’un livre de poche et affiche des ouvrages préalablement téléchargés. Si les éditeurs craignent le piratage, certains espèrent pouvoir réduire les coûts de publication et offrir de nouveaux débouchés aux livres à petit tirage. Dans l’immédiat cependant cette innovation technologique semble avoir du mal à séduire le public...

Un reportage de Marco Wolter.

Egalement dans cette édition : Travailler dans un autre pays d’Europe

Le droit des européens à s’expatrier et exercer sa profession dans un autre pays de l’union est il toujours respecté ?

Eine Frau haelt am Dienstag, 9. September 2008, in Berlin im Call Center von Quelle ihr Headset in der Hand. Das Quelle-Communication-Center hat 565 Arbeitsplaetze auf einer Nutzflaeche von rund 5.600 Quadratmetern. (AP Photo/Miguel Villagran) ---An employee holds her head set in a call center in Berlin, on Tuesday, Sept. 9, 2008. (AP Photo/Miguel Villagran)

Les jeunes Français finissent bien souvent par travailler dans les call-center de Barcelone.

En France, la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité a été saisie après que plusieurs jeunes enseignantes allemandes ou italiennes aient été licenciées et non titularisées.

Un reportage de Catherine Potet.

En Espagne, nombres de Français qui avaient cru trouver un nouvel Eldorado à Barcelone se retrouvent en difficulté avec la crise et la montée du chômage.

Par Martine Pouchard.