1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Liberia se penche sur le sort de ses étudiants

L'éducation déclarée "urgence nationale" au Liberia. Sa présidente, Ellen Johnson Sirleaf, veut s'emparer de ce dossier délicat. L'échec d'environ 25.000 candidats à l'examen d'entrée à l'Université fait grand bruit.

default

Motivation des étudiants ? Manque de professionnalisme des professeurs ? L'éducation est désormais une priorité

25.000 candidats - aucun admis. Cela suscite naturellement de nombreux commentaires au Liberia. Cette année, indique le porte-parole de l'Université du Libéria, Dr Momolu Getaweh, les examens ont été gérés par un consultant indépendant afin de garantir leur crédibilité. Le Dr. Momolu Getaweh, se demande aussi si les élèves et étudiants libériens ont été correctement préparés :

« Je ne sais pas si c'est à cause de la guerre ou si c'est le fait même de vouloir apprendre. Les étudiants ne semblent pas enthousiastes au fait même qu'ils doivent apprendre. Ils ne semblent pas enthousiastes de quoi que ce soit ! Par exemple en anglais, ils ne savent rien sur le mécanisme de cette langue. »

Par le passé, des enseignants ont été accusés de monnayer leur entrée à l'université contre des dessous de tables. Sœur Mary Lauren Browne est la présidente du collège catholique « Stella Maris ». Elle attribue ce fort taux d'échec au manque de professionnalisme des enseignants :

Liberia Universität lässt 25.000 Studenten durchfallen

Après révision des critères, 1.800 élèves ont été repêchés et seront finalement admis à l’université.

« De nombreux enseignants ne sont vraiment pas qualifiés. Vous devez avoir une maîtrise du contenu de ce que vous enseignez et je ne pense pas que beaucoup de professeurs aient cette maitrise. Et, ce que vous ne savez pas vous ne pouvez pas le transmettre. Et je me demande aussi si l'éducation passionne vraiment les Libériens. Quel investissement faisons-nous dans l'éducation ? Je ne suis vraiment pas surprise par ce fort taux d'échecs. »

"Urgence nationale"

Pour la présidente Ellen Johnson Sirleaf, qui s'est rendue sur place à l'Université du Liberia, cet échec massif représente une situation "embarrassante" pour le pays et devrait pousser à considérer l'éducation comme une "urgence nationale".

« Ils m'ont très bien expliqué comment ils avaient introduit à l'université un système dans lequel ils entendaient désormais se conformer aux plus hautes normes en matière d'admission. Cependant, ils vont approuver l'admission à l'université de 1.800 personnes. Mais, nous devons aller plus en profondeur pour comprendre les choses. C'était le but de ma visite. Nous devons aussi identifier ensemble les faiblesses de notre système éducatif et corriger ce qui doit l'être. »

Rappelons que le Liberia a connu une série de guerres civiles, entre 1989 et 2003, qui ont fait des centaines de miliers de morts et causé la destruction du système éducatif et celui de la santé.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !