1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Le Kosovo peut rester indépendant

A la Une: l'avis de la CIJ sur la légalité de l'indépendance du Kosovo. Selon cet avis, l'ancienne province serbe n'a pas violé le droit international en proclamant unilatéralement son indépendance en février 2008.

default

Le Kosovo, « cœur de la Serbie », sur un mur de Belgrade

« Le divorce est autorisé », titre Die Welt. Certes, l'avis prononcé par la Cour internationale de Justice n'est contraignant pour aucune des deux parties, mais il renforce la position du gouvernement albanais du Kosovo. Pour la Serbie, la pilule est amère car il était question d'estime de soi, d'identité et de position dominante dans les Balkans. L'Union européenne va avoir beaucoup à faire pour calmer le jeu par des négociations intelligentes. Quant au gouvernement du Kosovo, il vaudrait mieux pour lui éviter tout triomphalisme.

Serbien Kosovo Unabhängigkeit Flagge

Eviter tout triomphalisme

L'humilité, c'est aussi ce que préconise la tageszeitung. Les deux ans et demi d'indépendance du plus jeune Etat européen n'ont pas été brillants. En témoignent non seulement les structures mafieuses et la corruption galopante, mais aussi le statut de l'enclave serbe de Mitrovica, où éclatent régulièrement des affrontements sanglants. L'avis de la CIJ ne change rien à cette réalité, estime le journal.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung analyse la position serbe. En convoquant la CIJ, Belgrade avait espéré mettre un coup d'arrêt au processus de reconnaissance du Kosovo. Mais avant même la publication de l'avis, il était clair que cet objectif ne serait pas atteint puisque 69 Etats ont déjà reconnu l'indépendance de l'ex-province serbe. Il faut, selon le journal, que cet échec soit l'occasion pour Belgrade de revoir sa politique destructive vis-à-vis du Kosovo. Personne n'exige de la Serbie qu'elle reconnaisse le petit Etat, mais il est temps d'adopter une ligne plus pragmatique pour garantir la stabilité dans les Balkans.

Richter Owada Kosovo

Les juges de la CIJ

Il est difficile de savoir, relève la Saarbrücker Zeitung, quelles conséquences le verdict de La Haye aura sur les mouvements indépendantistes dans d'autres pays. Mais pour la Serbie, c'est une chance car elle va enfin pouvoir se libérer des fantômes du passé. Le Kosovo fait partie de l'histoire serbe, mais plus de son présent. Et l'avenir de la Serbie comme du Kosovo se trouvent en Europe. Il ne pourra y avoir de paix et de stabilité dans les Balkans que si l'Union européenne offre une perspective à ces deux pays, conclut le journal.

Auteur : Anne Le Touzé
Edition : Sandrine Blanchard

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !