1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Kenya retient son souffle

Deux jours après les élections au Kenya, alors que deux personnes ont été tués hier à Nairobi, plus que jamais les résultats définitifs de la Commission électorale sont attendus.

Écouter l'audio 29:59

Calme apparent au Kenya

La tension monte au Kenya après le rejet par l’opposition des résultats, toujours partiels, de l’élection présidentielle accordant une large avance au président sortant Uhuru Kenyatta. Deux manifestants ont été tués hier à Nairobi par les forces de l’ordre. Deux autres ont été abattus à Tana River dans le sud-est du pays. Le Kenya retient son souffle, 10 ans après les violences post-électorale ayant fait 1 milliers de morts et 600.000 déplacés.


Ce matin, le calme règne sur Nairobi, du moins en apparence. Les gens restent cloitrés chez eux. Les bus publiques ne roulent quasiment plus et les magasins sont toujours portes closes. Il faut dire que la nuit s’annonçait difficile pour les forces de l’ordre. Tard dans la soirée d’hier, elles dispersaient encore des manifestants pro-opposition dans plusieurs bidonvilles de la capitale et ailleurs dans le pays, notamment à Kisumu, le fief de l’opposition. La police fait usage de gaz lacrymogène, de lances incendies, parfois même de balles réelles. C’est ce qu’il s’est passé hier à Nairobi avec ce bilan de 2 morts. Les appels au calme se multiplient, notamment de la part de Human Rights Watch. L’ONG internationale demande au gouvernement de faire toute la lumière sur la mort de ces manifestants. 

Sur le plan politique, les résultats ne sont toujours pas définitifs.

Non, il s’agit toujours de résultats partiels sur base de ¾ des bulletins de votes dépouillés. La Commission électorale fait encore les dernières vérifications. Mais cela prend du temps et alimente le climat de suspicion autour de ce scrutin. On devrait cela dit être fixé aujourd'hui, sauf surprise. 

Raila Odinga maintient ses allégations de fraudes électroniques 

Pas de nouvelle déclaration ce matin. Mais du côté des observateurs internationaux, Union africaine, Union européenne et Nations Unies, tous saluent la fiabilité du système électronique et la transparence de la commission électorale kényane. John Kerry, l’ancien secrétaire d’Etat aux Etats Unis a fait une déclaration dans ce sens, tout en conseillant aux 2 candidats d’attendre les résultats définitifs avant de s’exprimer. Et la mission d’observation de l’Union européenne communiquera ses premières conclusions dans la matinée.

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !