Le Honduras et le Nigéria dans le collimateur de la CPI | International | DW | 19.11.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Le Honduras et le Nigéria dans le collimateur de la CPI

Le procureur général de la Cour pénale internationale a lancé deux enquêtes préliminaires. Au Honduras, les circonstances du coup d'Etat qui a renversé, en juin 2009, l'ancien président Manuel Zelayas, sont visées

Le siège de la CPI à La Haye, aux Pays-Bas

Le siège de la CPI à La Haye, aux Pays-Bas

Le procureur général de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a déclaré qu'il avait reçu « plusieurs témoignages sur des crimes liés au coup d'état. » Il s'agirait en particulier de « cas de tortures et de milliers de personnes arrêtées en une seule journée. » Les militaires qui ont organisé le coup d'Etat sont bien entendu visés ainsi que les politiques ayant profité de l'éviction de Manuel Zelayas. Il faut aussi rappeler que la Commission interaméricaine des droits de l'homme, qui dépend de l'Organisation des Etats américains, avait déjà dénoncé un « usage disproportionné » de la force par le gouvernement intérimaire de Roberto Micheletti qui avait remplacé Manuel Zelayas après le coup d’état.

Pour ce qui concerne le Nigéria, le procureur de la CPI a refusé de donner plus d'informations mais selon toutes vraisemblances, les émeutes meurtrières entre chrétiens et musulmans dans le nord du Nigeria, en janvier puis en mars dernier, devraient être l'objet de cette enquête préliminaire. Le procureur Luis Moreno-Ocampo a déclaré qu'il livrerait plus de détails dans les semaines prochaines.

Le procès de l'ancien vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba s'ouvrira lundi

Le procès de l'ancien vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba, s'ouvrira lundi

L’Afrique, première cible de la CPI

Depuis 2002, date à laquelle la CPI a été créée, une douzaine de pays sont visés par des enquêtes. La plupart sont des pays africains, mais d'autres continents sont également concernés. La CPI enquête officiellement sur cinq cas. La République démocratique du Congo, pour des crimes de guerre et contre l'humanité commis entre 2002 et 2003. La République centrafricaine, avec le procès de l'ancien vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba, qui va s'ouvrir lundi. L'Ouganda, avec les anciens chefs de l’Armée de résistance du seigneur, tous en fuite. Le Darfour, avec les deux mandats d'arrêt délivrés contre le président soudanais Omar El Béchir. Enfin, le Kenya, sur les violences post-électorales de décembre 2007.

Aces cinq enquêtes « officielles » s’ajoutent huit enquêtes « préliminaires ». Aux deux ouvertes hier sur le le Honduras et le Nigeria s’ajoutent l'Afghanistan, la Colombie, la Géorgie, les Territoires palestiniens et encore deux Etats africains : la Côte d'Ivoire et la Guinée.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Sandrine Blanchard

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !