1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Ghana fête ses 60 ans d’indépendance !

Alors que le Ghana prépare les festivités, le nom de son père fondateur Kwame Nkrumah revient sous les projecteurs. Ce n’est pas sans susciter des émotions et des débats bien mitigés.

Accra, le 6 mars 1957. Le Ghana, jusque là colonie britannique, proclame officiellement son indépendance. Kwame Nkrumah, qui dirige le pays, est acclamé par les foules : « Enfin, la bataille est terminée. Le Ghana, notre cher pays, est libre pour toujours. »
Puis, très vite, le public déchante. Les projets économiques ambitieux, entamés après l’indépendance, sont entachés par la corruption et la mauvaise gestion. Nkrumah, le libérateur, devient de plus en plus autoritaire. En 1964, il instaure le monopartisme et se déclare président à vie.

Coup de force militaire

L'aventure tourne court: Il est renversé en 1966 par un coup d’État militaire. Son héritage fait débat. Atsu Aryee, de l’université du Ghana, pense que si le pays ne perd pas pied, c’est grâce aux fondements apportés par les politiques de Kwame Nkrumah : « Son passage au pouvoir nous a laissé le nationalisme et le patriotisme en héritage. Ce sentiment que nous sommes tous ghanéens, dans un même pays et que celui-ci doit être stable. »

Ghana Gründungsvater Kwame Nkrumah (picture-alliance/dpa/T. Ridley)

Kwame Nkrumah, père de l'indépendance du Ghana

Un lourd héritage

Un héritage qui s’évapore, d’après Burkhardt Hellemann, chef du bureau ghanéen de la fondation Konrad Adenauer : « Kwame Nkrumah est toujours un nom important au Ghana. Il a amené le pays vers l’indépendance. Mais beaucoup de jeunes ne savent pas vraiment ce qu’il s’est passé pendant qu’il était président et premier ministre. Et son concept politique ne marque plus les débats politiques actuels. »  

Ghana Gründungsvater Kwame Nkrumah (Public Domain)

Kwame Nkrumah et Ernesto Che Guevara

Reconnaissance internationale

Nommé deuxième personnalité africaine la plus importante de tous les temps par les lecteurs du « New African » en 2004, Nkrumah a surtout marqué les esprits par son projet d’union panafricaine. L’historien Toyin Falola regrette cependant que l’essence de son concept d’« États-Unis d’Afrique » ne soit plus palpable dans l’actuelle Union Africaine.

«Depuis que Mbeki et Obasanjo ont quitté le bureau nous n’avons plus de leaders pour soutenir cette idée. Chaque pays est intéressé par ses propres affaires, ses propres politiques, soucieux du déclin de leur économie et la plus grande idée de panafricanisme disparaît sous la table. » Quelque soit ce qu’on peut penser de son père fondateur, le Ghana célèbre aujourd’hui son jubilé de diamant et la fête promet d’être grandiose. 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !