Le futur Sud-Soudan est une véritable mosaïque culturelle | Dossier | DW | 06.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

Le futur Sud-Soudan est une véritable mosaïque culturelle

Dans trois jours, le Sud-Soudan proclamera son indépendance. Pour les Sud-Soudanais, ce sera l'accomplissement d'un rêve. Mais la plus jeune nation du monde aura aussi beaucoup de défis à relever à l'intérieur.

default

Le défi majeur de cette indépendance sera de forger une nation avec les 8 millions d'habitants du nouvel Etat. Pendant toutes les années de guerre, la lutte contre le Nord a été l'unique ciment de la mosaïque d'ethnies du Sud-Soudan. Elles sont une soixantaine, avec des langues, des cultures et des modes de vie différents.

D'où l'importance que leur identité puisse s'exprimer au niveau national. Cela dit, trois grands groupes de population se détachent : les Dinka, les Nuer et les Chillouk. L'élite, tant politique qu'économique, est issue majoritairement de l'ethnie dinka. Le président Salva Kiir est lui-même un dinka, de même que la plupart de ses ministres. Sans surprise, les Dinkas sont donc accusés d'hégémonie.

Bilder zum Thema Dirk Niebel im Sudan

Juba s'apprête à devenir la capitale du nouvel Etat

Répondre aux attentes

Comme l'explique ici Fouad Hikmat, expert soudanais auprès de l'International Crisis Group, le danger numéro 1 pour les Sud-Soudanais vient de l'intérieur :

« Le principal danger vient d'eux-mêmes, pas de leur voisins. Il faut mettre en place un gouvernement pluraliste et inclusif. Et il faut vraiment prendre en compte les doléances et les besoins de la population. »

Ces besoins sont immenses. Besoin de reconstruction et de développement, car malgré la richesse pétroliére, 90% de la population sud-soudanaise doit survivre avec un demi-dollar par jour. Besoin de sécurité aussi. Selon les Nations unies, les violences internes ont fait plus de 1.400 morts civils au Sud-Soudan entre janvier et mai 2011. D'un côté, il y a beaucoup de conflits engendrés par les vols de bétail, de l'autre les affrontements continuent entre milices et armée régulière, une armée qui comme la police a un énorme besoin de formation, alors que le nouveau pouvoir sud-soudanais tend encore à se comporter comme un mouvement de guérilla.

Auteur : Marie-Ange Pioerron
Edition : Fréjus Quenum

La rédaction vous recommande