1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

Le Forum centrafricain piétine à Brazzaville

Alors que se tient dans la capitale congolaise un forum pour la réconciliation de la Centrafrique, les représentants des ex-Seleka ont brillé par leur absence mardi matin à la reprise des discussions.

L'objectif de la rencontre de Brazzaville est de mettre fin aux violences et engager un désarmement des milices

L'objectif de la rencontre de Brazzaville est de mettre fin aux violences et engager un désarmement des milices

La paix et la réconciliation, c'est pour atteindre ces objectifs que des représentants des milices Anti-Balaka et ex-Seleka, du gouvernement centrafricain, de la société civile et des pays voisins sont à Brazzaville. En organisant cette rencontre, il était principalement question de parvenir à un accord entre les groupes armés pour mettre un terme aux affrontements et violences.

Mais selon certaines sources, la Seleka a avancé l'option d'une partition du pays dans le cas où la médiation n'aboutirait pas. Toutefois à en croire le général Jean-Marie Michel Mokoko, chef de la Misca, la force de l'Union africaine, on n'en est pas encore là.

La présidente par intérim, Catherine Samba Panza, a exhorté lundi à Brazzaville les rebelles de la Séléka et les milices Anti-Balaka à accepter un cessez-le-feu

La présidente par intérim, Catherine Samba Panza, a exhorté lundi à Brazzaville les rebelles de la Séléka et les milices Anti-Balaka à accepter un cessez-le-feu

Quoi qu'il en soit sur place en Centrafrique, et plus précisément à Bambari, la situation reste toujours instable et les échos d'une éventuelle partition divisent. Du côté des Anti-Balakas, on se dit prêt à œuvrer pour la paix sans pour autant être disposé à faire n'importe quelle concession. Il s'agit donc à présent de parvenir à trouver un consensus, une tâche qui s'annonce compliquée.

La Seleka absente

Mardi, les délégués de l'ex-rébellion ne se sont pas présentés à la reprise des pourparlers. Du coup, les travaux des deux principaux ateliers, qui portent sur la cessation des hostilités et le désarmement des groupes armés, ont été suspendus. Selon diverses sources, les délégués de la Seleka seraient toujours en train d'étudier l'accord final de la conférence qu'ils ont reçu hier et dont la signature est prévue mercredi. La troisième commission, sur la poursuite du processus politique, était elle réunie à huis clos.

La rédaction vous recommande