Le FMI à un Européen : mettre fin aux traditions | Vu d′Allemagne | DW | 20.05.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Le FMI à un Européen : mettre fin aux traditions

Les éditorialistes commentent la succession de Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI. Entre les Européens qui souhaitent conserver ce poste et les pays émergents qui veulent leur part du gâteau, les avis sont partagés.

default

Le FMI, un siège convoité

Pour la Süddeutsche Zeitung, les Européens ont certes des chances de garder la ferme héritée depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, les pays émergents peuvent aussi proposer un candidat commun et l'emporter. Car la crise économique a changé la donne, explique le journal. Seuls les pays industrialisés ont souffert et en paient aujourd'hui encore les conséquences, tandis que les pays émergents en sont sortis renforcés. Un jour ou l'autre, il faudra bien mettre fin à cette tradition qui veut que le poste de chef du FMI revienne à un Européen, et celui de patron de la Banque mondiale à un Américain.

Frankreich Christine Lagarde Rentenreform Streik Protest

Christine Lagarde est pressentie pour le poste

Le journal conservateur Die Welt dénonce ces voix qui s'élèvent en Allemagne pour que les Européens renoncent à leur siège du FMI. Pourquoi l'Europe devrait-elle abandonner ce pouvoir et se retirer d'emblée de la course, s'interroge Die Welt ? L'Europe en général et l'Allemagne en particulier doivent se battre s'ils veulent garder une influence sur la scène internationale.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung s'interroge de son côté sur la probable candidature de Christine Lagarde, actuelle ministre française de l'Economie. Même Berlin semble la soutenir, c'est incompréhensible s'exclame la F.A.Z. qui rappelle que Lagarde avait reproché à l'Allemagne de maintenir ses salaires au plus bas pour doper ses exportations. Pour le quotidien, Lagarde est une candidate de l'interventionnisme, il faut que l'Allemagne propose son candidat fidèle à l'économie de marché.

Bundeskanzlerin Angela Merkel spricht am Montag, 1. Dez. 2008, beim CDU Parteitag in Stuttgart. (AP Photo/Matthias Schrader) --- German Chancellor Angela Merkel delivers her speech during the party co

"Tout le monde doit faire des efforts, même les pays du Sud" a dit Angela Merkel

Une chancelière populiste

Un mot pour finir dans die tageszeitung sur les propos controversés de la chancelière allemande qui a ouvertement critiqué le laxisme des pays du Sud de l'Europe. « Il faudrait que tous fassent les mêmes efforts » a-t-elle déclaré sous-entendant que les Grecs, les Portugais et les Espagnols partent en retraite beaucoup trop tôt et s'offrent beaucoup de vacances. Des propos plus que dangereux, commente die taz. Car Angela Merkel prend le risque de nourrir un sentiment populiste et anti-européen en Allemagne. Et puis, de tels propos sont outrageants pour les Grecs notamment qui se serrent la ceinture depuis la mise en place de politiques d'austérité. La chancelière tient ce discours alors que l'Union européenne est en passe d'adopter un second plan d'aide à la Grèce, note le journal. Et il est bien sûr plus facile pour elle de marteler aux contribuables allemands qu'il s'agit là d'un cadeau généreux à Athènes plutôt que d'avouer qu'une telle aide sert aussi les intérêts allemands.

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Jean-Michel Bos

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !