Le dernier train nucléaire sous tension | Allemagne | DW | 23.11.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Le dernier train nucléaire sous tension

Ce mastodonte de quelques 2,5 tonnes va transporter des déchets "hautement radioactifs" sur plus de 1000 km entre la Normandie et Gorleben en Allemagne. Pas question pour les anti-nucléaires, de relacher la pression...

Ein Zug mit einem Castor-Behaelter rollt am Mittwoch (16.02.11) durch Karlsruhe. Der Castor-Transport mit hoch radioaktiven Material war am fruehen Mittwochmorgen in Karlsruhe losgefahren. Ziel ist das Zwischenlager Nord bei Lubmin in Mecklenburg-Vorpommern. Die verglasten Fluessigabfaelle stammen aus der ehemaligen Wiederaufarbeitungsanlage Karlsruhe (WAK), die Anfang der 1990er Jahre stillgelegt wurde. (zu dapd-Text) Foto: Timur Emek/dapd

Les wagons "Castor" qui transportent les déchets nucléaires vitrifiés provoquent la colère des anti-nucléaires

File photo taken April 1, 2011. Workers wearing protective suits spray adhesive synthetic resin over the ground at the Tokyo Electric Power Co. (TEPCO)'s Fukushima Daiichi Nuclear Power Plant in Fukushima prefecture, Japan. The drama at the six-reactor Fukushima Daiichi complex has dragged into a fourth week, unsettling the global nuclear industry and compounding Japan's suffering after an earthquake and tsunami that left about 27,500 people dead or missing. Radiation has leaked into the sea, food, drinking water and air. It is hindering efforts to cool overheating fuel rods work at the plant and regain control of the damaged reactors. Photo via ABACAPRESS.COM

Le drame de Fukushima a provoqué une large prise de conscience en Europe sur les dangers du nucléaire

Après la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon, la donne a changé en Europe. La sortie du nucléaire a été décidée en Allemagne, en Belgique et en Suisse. En France elle provoque une crise entre le candidat socialiste à la présidentielle et ses alliés écologiques. Les autorités de police française ont interdit toute manifestation à 500 mètres de la voie ferrée sur laquelle doit passer le train nucléaire. Des barrières de fer d'environ deux mètres de haut barrent la principale route permettant d'accéder á la gare et au terminal ferroviaire où se trouve le convoi de déchets. Mais des centaines de militants se sont néanmoins rassemblés pour bloquer le départ du train. Cinq militants ont été arrêtés par la police. D'autres ont retiré une partie du lit de gravier qui sert à stabiliser les voies ferrées pour bloquer le train. Une technique dèja bien éprouvée en Allemagne. Des heurts se sont produits au milieu de nuages de gaz lacrymogène. L'organisation Greenpeace estime que ce train - un monstre de 600 mètres de long - est l'un des plus radioactifs jamais transporté - ce que conteste le groupe Areva qui retraite les déchets.

Fin du "tourisme nucléaire"

our les militants anti-nucléaires en tous cas, pas question de relacher la pression: le tourisme nucléaire doit se terminer. Depuis des années les militants allemands dénoncent cette prise de risque. Le précédent train en 2010, avait été bloqué trois heures à Caen et une nuit en Allemagne par un sit-in de 3000 personnes. Trois wagons des forces de l'ordre accompagnait ce train.

Ce transport est néanmoins le dernier, car l'Allemagne a décidé de sortir du nucléaire d'ici 2022. Ses déchets ne seront plus retraités mais seront d'ici là stockés sur place. Le contrat de retraitement avec la firme française arrive d'ailleurs à terme. La filiére nucléaire, qui n'a pas trouvé de solution technologique pour ses déchets, a sans aucun doute perdu une bataille.

Auteur: Elisabeth Cadot
Edition: Carine Debrabandère