1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le commando du Westgate "vaincu et humilié"

Le président kényan Uhuru Kenyatta a annoncé la fin du siège du centre commercial de Nairobi attaqué samedi par des islamistes. Il a décrété un deuil national de trois jours à partir de mercredi.

Le dernier assaut des forces kényanes a été le bon

Le dernier assaut des forces kényanes a été le bon

Après trois jours de siège et plusieurs assauts, les forces kényanes ont réussi à mettre fin à l'attaque du centre commercial de Westgate. Dans une allocution télévisée à la nation, le président kényan a annoncé la mort de 61 civils et six membres des forces de sécurité dans cette attaque revendiquée par les shebabs somaliens. Cinq membres du commando islamiste ont également été tués et 11 autres arrêtés. "Ces lâches affronteront la justice, tout comme leurs complices et leurs chefs, où qu'ils se trouvent", a déclaré Uhuru Kenyatta, qui a lui-même perdu un neveu et la fiancée de ce dernier dans l'attaque. Trois jours de deuil national sont décrétés à partir de mercredi.

Un bilan encore provisoire

Mais le bilan humain final risque d'être bien plus lourd car une partie du complexe commercial s'est effondrée dans un incendie. Des corps seraient encore pris au piège sous les décombres. En attendant, des experts en médecine légale examinent les corps déjà récupérés pour établir la nationalité des "terroristes". Le président ne pouvait pas confirmer pour le moment si des étrangers, britanniques et américains, se trouvaient parmi les assaillants.

Le président Uhuru Kenyatta, lors d'un point de presse

Le président Uhuru Kenyatta, lors d'un point de presse

Trois jours de combats

Samedi à la mi-journée, un commando armé avait attaqué à la grenade et à l'arme automatique le centre commercial Westgate, un lieu fréquenté habituellement par de riches Kényans et des expatriés de toutes les nationalités. Plus d'un millier de personnes avaient pu être évacuées avant la fin de la journée, mais d'autres étaient pris au piège par le commando dans le complexe de quatre étages.

Le siège du bâtiment par les forces de sécurité, entrecoupé d'affrontements et d'explosions, a duré plus de trois jours. Alors que les forces kényanes affirmaient hier avoir la situation sous contrôle, des échanges de tirs ainsi qu'une explosion ont encore été entendus dans la journée.

Menaces shebab

Pendant toute la durée du siège, les shebabs somaliens ont mené une guerre de propagande sur leur compte Twitter. Cet après-midi encore, ils menaçaient le Kenya de nouvelles attaques et demandaient le retrait de Nairobi et des autres pays engagés militairement en Somalie.

L'Union africaine a déployé depuis 2007une force de quelque 17.000 hommes en Somalie, l'Amisom, pour appuyer les autorités dans leur lutte contre les islamistes somaliens. Mais cela ne c'est pas fait sans des tentatives de dialogue. C'est ce que nous explique Alfred Shango Lokoho, professeur de géopolitique à la Sorbonne Nouvelle Paris 3 (écouter ci-dessous).

De leur côté, les autorités somaliennes ne sont pas restées indifférentes à l'attaque de Nairobi. Le Premier ministre somalien, Abdi Farah Shirdon, a appelé à juger les responsables de l'attaque du Westgate.

Écouter l'audio 00:38

"La perche a été plusieurs fois tendue aux shebabs, mais ils l'ont rejetée"

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !