″Le Cobra″ l′emporte en Zambie | Afrique | DW | 23.09.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

"Le Cobra" l'emporte en Zambie

Le charismatique Michael Sata, surnommé "le roi Cobra" a battu le chef de l'Etat sortant en obtenant 43% des suffrages. Mais qui est le nouveau président zambien, ancien gouverneur de Lusaka et plusieurs fois ministre ?

default

Le nouveau président zambien, Michael Sata

Banda contre Cobra

Sambia Wahlen 2011 Rupiah Banda

L'ancien président, Rupiah Banda

A l'affiche c'était Banda contre Cobra, finalement c'est Cobra qui l'a emporté. Vieux routier de la politique zambienne, Michael Sata est surnommé le "roi Cobra" dans son pays pour son parler mordant qui séduit les laissés-pour-compte. Surtout du boom minier. Le charismatique mais controversé Sata a finalement remporté sa quatrième tentative à la présidentielle à l’âge de 74 ans tout comme le président sortant. Un scrutin qu’il a encore perdu de justesse en 2008.

Le grand nationaliste

Sambia Wahlen Michael Sata

"Le Cobra" l'emporte en Zambie

Le chef de l'opposition nationaliste zambienne qui a basé sa campagne en 2008 sur une politique antichinoise, a assuré lors la campagne menant à sa victoire, vouloir travailler avec les Chinois s'il est élu. Cette année il a changé de cible et s'en était pris au laxisme du président sortant en matière de corruption. "Banda est l'ami des voleurs et les voleurs sont en liberté. Ils sont plus indépendants que vous", a-t-il souvent déclaré lors de ses meetings. C’est vrai qu’il a atténué sa rhétorique intransigeante à l'égard des compagnies minières étrangères, notamment chinoises, dans les derniers jours de la campagne électorale, mais sa victoire risque d'assombrir les perspectives d'investissement en Zambie. Premier producteur de cuivre en Afrique.

Les réactions

Präsidentschaftswahl in Sambia Michael Sata Wahlsieger

Les partisans de Michael Sata dans les rues de Lusaka après la victoire du "roi Cobra"

A l'annonce de la victoire de Sata, ses partisans sont descendus dans les rues de la capitale Lusaka pour fêter l'événement en chantant. Oubliant les violences qui ont émaillées le scrutin.

Le président sortant, Rupiah Banda, qui dirige le Mouvement pour la démocratie pluraliste depuis la fin du système de parti unique, en 1991, a reconnu sa défaite et a exhorté ses partisans à accepter les résultats. Je cite : "Le peuple a parlé et nous devons tous l'entendre". Une bonne leçon de démocratie en Afrique où la proclamation des résultats électoraux a souvent été source de contestations et de violences.

Auteur : Kossivi Tiassou / Lina Hoffmann

Edition : P. Pognan

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !