Le climat en débat au Bundestag | Allemagne | DW | 03.12.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Le climat en débat au Bundestag

A J-4 de Copenhague, les députés du Bundestag ont débattu de la politique climatique allemande. Opposition et majorité sont plutôt d'accord sur les objectifs de réduction de GES, mais pas sur les moyens d'y parvenir.

default

Coucher de soleil sur les Maldives, menacées par la hausse du niveau des mers

"Nous sommes contraints au succès" : c'est avec ces mots que le ministre de l'environnement Norbert Röttgen a voulu prouver la volonté du gouvernement allemand d'imposer ses exigences à Copenhague. Et pour lui, la lutte contre le changement climatique est indissociable de la politique économique :

"La solution passe par la modernisation de l’économie. L’innovation technologique est le moyen d’atteindre la prospérité et la croissance, et elle permet en même temps une gestion durable de nos ressources. C’est cette logique que nous voulons suivre."

BdT DEutschland Schmelzende Menschen aus Eis in Berlin

Des hommes de glace qui fondent, en attendant que les vrais agissent

De l'argent mal dépensé

Une logique certes louable, mais en contradiction avec la politique menée par le gouvernement, répond l'opposition. Pour Frank-Walter Steinmeier, le président du groupe social-démocrate, la nouvelle coalition n'investit pas assez dans les énergies renouvelables. Il évoque aussi la baisse de la TVA dans l'hôtellerie, un gâchis selon lui :

"Au lieu d’utiliser un milliard d’euros pour contenter un peu les hôteliers, vous auriez dû investir cet argent dans la recherche énergétique. Cela aurait généré de la croissance, cela aurait été une mesure de précaution pour l’avenir, au lieu de cette ridicule baisse d’impots pour les hôteliers. C’est du gaspillage des ressources budgétaires, cela ne sert à rien."

Klimathema im walkampf

La politique climatique, un fer de lance du parti vert en Allemagne

Les Verts eux dénoncent l'immobilisme du gouvernement en matière de politique climatique. Renate Künast, présidente du groupe écologiste au Bundestag :

"La méthode Merkel consiste en ceci : d’abord, avoir des ambitions médiocres, ensuite faire accepter un consensus minimal, et troisièmement faire passer le résultat pour un succès retentissant. Il est grand temps de passer à l’action, Monsieur Röttgen."

Pour un partage des responsabilités

Des actes, oui, encore faut-il que les pays émergents et en voie de développement assument une part de responsabilité, répond Dirk Niebel, ministre de la Coopération. Sans cela, il sera difficile de limiter le réchauffement de la planète.

Mais la production des gaz à effet de serre est surtout le fait des pays industrialisés, souligne le spécialiste de l'environnement Ulrich Kelber, membre du parti social démocrate. Et d'ajouter que les 80 millions d'Allemands produisent plus de gaz nocifs que l'ensemble des Africains.

Auteur : Aline Ranaïvoson, Bettina Marx
Rédaction : Anne Le Touzé