1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Le chômage en hausse en Allemagne

En Allemagne, la traditionnelle reprise de l'emploi au printemps n'a pas eu lieu : 3,59 millions de chômeurs pour le mois d'avril. Et les perspectives pour les mois à venir ne sont pas plus réjouissantes.

default

La queue au guichet de l'Agence pour l'emploi risque de se prolonger les prochains mois.

L'économie allemande connait une profonde récession. Le produit intérieur brut devrait chuter de 6% cette année, selon les dernières estimations officielles. Une chute qui entraîne avec elle les emplois. En avril, le nombre de chômeurs a augmenté pour le sixième mois consécutif et le taux de chômage est remonté à son niveau le plus élevé depuis décembre 2007. Pour l'année prochaine, les estimations ne sont pas à l'optimisme. Kai Carstensen de l'institut Ifo à Munich :

"Les instituts ne s'attendent pas à un redressement énergique pour 2010. A la fin de l'année, il faut s'attendre à un nombre de chômeurs proche de cinq millions."


Cinq millions, un chiffre alarmant. Le gouvernement s'efforce de freiner l'impact de la crise sur l'emploi, notamment en ce qui concerne les ouvriers qualifiés. En effet, ils pourraient venir à manquer après la crise. C'est ce que vise à empêcher le deuxième plan de relance avec l'indemnisation du chômage partiel. Une mesure que défend le ministre des Finances Peer Steinbrück :

"Jusqu'ici elle a eu un rôle décisif en évitant une évolution du marché du travail parallèle à l'évolution économique. La récession a été telle que les conséquences auraient pu être bien plus dramatiques."

Quoiqu'il en soit le chômage continue de croître et nombreux sont ceux qui redoutent des troubles sociaux, à l'instar de Jutta Allmendinger, présidente du Centre de recherche en sciences sociales de Berlin :

"Avec cinq millions de chômeurs, ou peut-être plus encore, il n'est pas exclu que le pays connaisse des tensions sociales. Le risque est même important, si nous ne réfléchissons pas à un nouveau concept d'intégration sociale."

Un défi de taille sur lequel les politiques devront se montrer convaincants d'ici les élections législatives de septembre.