1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Burundi dans un bain de sang

Plusieurs sources indiquent que la brigade a réagi de manière disproportionnée à des attaques de jeunes manifestants. Les corps sans vie d'une quinzaine de civils ont été retrouvés au terme des violences de ce week-end.

Les scènes de violences et les découvertes macabres sont devenues quotidiennes à Bujumbura

Les scènes de violences et les découvertes macabres sont devenues quotidiennes à Bujumbura

La brigade anti-émeute, unité spéciale de police, créée il y a environ deux semaines fait parler d'elle. Elle a opéré ce week-end dans certains quartiers de la capitale, réputés hostiles au troisième mandat de Pierre Nkurunziza. D'après des témoins, cette brigade a réagi à des attaques de jeunes manifestants. Certaines victimes ont péri d'une balle dans la tête. Avec ces nouvelles violences, le bilan de la contestation anti-troisième mandat de Pierre Nkurunziza ne fait que monter.

La violence est devenue quotidienne au Burundi sans aucun espoir de paix. C'est ce que dénonce Pacifique Nininahazwe, activiste burundais des droits de l'homme. Il est à la pointe de la contestation anti-troisième mandat. Aujourd'hui en exil, il continue de dénoncer le pouvoir Nkurunziza.

Durant la période du coup d'Etat au Burkina Faso, beaucoup de Burundais ont encore dénoncé l'attitude de la communauté internationale qui n'aurait pas réagi au Burundi avec la même fermeté. L'Union africaine qui a envoyé des experts militaires au Burundi au lendemain de l'élection présidentielle est accusée de passivité dans la résolution de la crise.

Écouter l'audio 01:53

«Nous avons l'impression que l'Union africaine est impuissante dans cette situation» (Pacifique Nininahazwe, président du FOCODE)

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !