« L′avenir a besoin de l′éducation » | Dossier spécial | DW | 25.06.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier spécial

« L'avenir a besoin de l'éducation »

La ville de Bonn accueille pendant trois jours le « Global Media Forum », le Forum mondial des médias de la Deutsche Welle. Il est placé cette année sous le titre : « L'avenir a besoin de l'éducation ».

Comment rendre l'éducation accessible à tous ? C'est là l'une des principales questions qui sont débattues du 25 au 27 juin dans le cadre du 5e Forum mondial des médias. Le Forum a été officiellement ouvert lundi matin par le directeur-adjoint de la Deutsche Welle, Reinhardt Hartstein : « Culture, éducation, médias. Le triptyque du thème de notre conférence cette année évoque un défi particulièrement important de la mondialisation. »

Reinhardt Hartstein a rappelé dans son discours d'ouverture que le droit à l'éducation est un droit fondamental inscrit dans l'article 26 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme.

Des progrès, mais les défis restent énormes

Il y a quelques jours, à Rio, lors de la conférence des Nations unies sur le développement durable, on a relevé que le taux de jeunes entre 15 et 24 ans dans le monde qui peuvent lire et écrire est passé de 83% en 1990 à 89% en 2009.

Eröffnung Deutsche Welle Global Media Forum 2012

Plus de 1.800 participant sont attendus à Bonn jusqu'à mercredi

Mais si ces chiffres représentent un progrès certain, il reste encore beaucoup d'efforts à faire, puisque en tout, selon l'Unesco, il y a encore 800 millions d'analphabètes dans le monde. Et d'après l'Unicef, plus de cent millions d'enfants sur la planète n'ont toujours pas la chance d'apprendre à lire et à écrire.

La moitié de ces enfants non-scolarisés vivent en Afrique subsaharienne et les filles sont les plus touchées. Les progrès techniques à l'heure de l'internet et des médias électroniques peuvent aider à changer cet état de choses, mais il faut veiller à ce que le fossé ne grandisse pas entre ceux qui disposent de la technique et ceux qui n'en disposent pas.

« Pour les pays industrialisés ou en développement, Nord ou Sud, Est ou Ouest, l'éducation, la culture et la formation sont pour tous les clés ouvrant une coexistence pacifique, un développement durable et un dialogue interculturel », a assuré Reinhardt Hartstein.

Un lieu d'échange avant tout

Au cours de ces trois jours, une cinquantaine d'ateliers préparés par des experts indépendants ou de différentes organisations nationales et internationales éclairerons divers aspects, perspectives et solutions de l“Education pour tous“.

Deutsche Welle Global Media Forum 2012 Prof. Franz Josef Radermacher

Franz Josef Radermacherm, membre du Club de Rome

« Nous ne sommes ni une simple conférence des médias,  ni une conférence politique, ni une conférence scientifique, explique le directeur du Forum, Ralf Noting.  Nous réunissons bien plus tous les experts à une table et nous les laissons réfléchir aux solutions possibles pour résoudre des problèmes mondiaux ! »

La Commission allemande de l'Unesco patronne cette année le Forum, et la GIZ, la Société allemande pour la Coopération internationale, ainsi que le DIE, l'Institut allemand pour la politique de développement - pour n'en citer que deux - participent aussi activement à cette conférence de Bonn.

Parmi les plus de 1.800 participants du monde des médias, de la science et de la politique venus de près de cent pays : le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, l'ex-président indonésien Jusuf Habibie ou bien encore Franz Josef Radermacher, professeur d'informatique et membre du Club de Rome, un club de réflexion sur les grands défis de la planète.

Dossier spécial