1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'arrestation de "Soul To Soul" fait redouter une manipulation politique

Après l'arrestation du chef de protocole du président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro, Souleymane Kamaraté Koné, dit "Soul To Soul", certains proches de Guillaume Soro dénoncent une action politique.

L'affaire a fait grand bruit en Côte d'Ivoire. Lundi soir, face à la presse à Abidjan, le procureur de la République Richard-Christophe Adou annonce que le chef de protocole du président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro est arrêté. Celui-ci vient d'être écroué à la maison d'arrêt d'Abidjan après la découverte d'une cache d'armes, dans une villa lui appartenant. La cache contenait plus de "six tonnes de diverses armes de guerre et de munitions", affirme le procureur de la République. Une affaire politique pour les proches de Guillaume Soro. 

 

Une enquête de plusieurs mois

L'affaire remonte en fait à la nuit du 11 au 12 mai 2017 quand des armes de guerre sont découvertes dans une villa de Bouaké, l'enquête ayant permis d'établir que la villa est la propriété de Souleymane Kamaraté Koné. C'est là que la justice ivoirienne ouvre une information judiciaire avec mandat de dépôt pour "complot contre l'autorité". "Des expert en armement ont été désignés afin d'évaluer ces armes", raconte le procureur. Ils affirment que "des personnes avaient été informées de l'existence de ces caches d'armes et invités à aller se servir."

 

Manipulation du camp Ouattara ?

Mais pour certains Ivoiriens, l'action judiciaire contre M. Koné s'inscrit dans la lutte pour la succession en 2020 de président Alassane Ouattara, dont le président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro, pourrait être un rival. "Ces armes tous le monde sait qu'elles ont servi à mener des opérations militaires contre Gbagbo pour installer Ouattara au pouvoir. Cette affaire de cache d'armes avait été abandonnée", assure Touré Moussa, le chargé de communication de Guillaume Soro.

Pour lui l'affaire ressort après le refus de Soro de participer au 3e congrès ordinaire du RDR de Ouattara. "Le camp Ouattara a vu cela comme une défiance vis-à-vis du camp présidentiel. Et puis il y a un discours interne au RDR qui est de préparer Ouattara à éventuellement une troisième candidature qui n'entre pas dans les calculs stratégiques de Guillaume Soro", poursuit Touré Moussa

 

En déplacement hors du pays, Guillaume Soro dit apporter son soutien à la famille de son collaborateur et appelle les Ivoiriens à la sérénité, tout en espérant que la justice fera librement son travail. En revanche, le camp du Président Allassane Ouattara, s'est refusé à tout commentaire sur une affaire judiciaire en cours.

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !