L′armée de Centrafrique toujours pas sur pied | Afrique | DW | 08.01.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'armée de Centrafrique toujours pas sur pied

Depuis l’avènement de la coalition rebelle seleka au pouvoir en Centrafrique en 2013, la RCA a vu son système de défense profondément déstabilisé. Quatre ans plus tard, l'armée nationale n’est toujours pas sur pied.

C'est un défi de reconstitution qui incombe à la mission européenne de formation et de conseil aux forces armées centrafricaines, connue sous l'acronyme d’EUTM. Deux bataillons forts de 1.300 soldats sont entièrement formés et attendent leur déploiement sur le terrain. Trois autres compagnies sont en cours de formation au Camp Kassaï, principal centre d’instruction militaire de la capitale centrafricaine où la formation assurée par l'EUTM, la mission européenne de formation et de conseil aux forces armées centrafricaines, se déroule depuis près d’un an. 

Respect des droits de l'Homme

Le lieutenant Zadanga Frédéric Stève du Bataillon d'Amphibi dispense à l’intention des officiers et sous-officiers un cours sur le droit international humanitaire et la prévention des violences sexuelles au sein des FACA. "Pendant la guerre, il faut savoir tirer sur l’objectif militaire qui est l’ennemi et non la population civile ni leurs biens. Et aussi, on a parlé de la prévention de la violence sexuelle, il faut former nos hommes dans ce domaine pour qu’il n’y ait pas de violence sexuelle. Et ce sont donc ces officiers de l’EUTM qui nous ont formés. A ce propos, on a déjà plus de 1.496 militaires formés dans ce domaine" explique l'instructeur militaire. Une autre rubrique au menu de la formation, c’est le renseignement. Un cours dispensé par le commandant Bissaro, officier de l’armée roumaine. "Ce matin, nous assistons à une formation complémentaire en renseignement. Deux semaines de formation générale et une semaine pour la formation spécialisée seulement en renseignement. La prochaine phase sera donc le redéploiement dans l’armée centrafricaine."

Cours théoriques et pratiques

Simultanément à ces cours théoriques, il y a la phase pratique qui accompagne l'entrainement des soldats avec le lieutenant Xavier, instructeur de l'EUTM. "Actuellement nous sommes en train de former le DDR. Il s’agit de la partie militaire. Ce sont donc d’ex-rebelles qui sont réintégrés dans les forces armées de Centrafrique. Il y en a un peu de tous les niveaux. Mais globalement, la formation avance assez correctement. Après une séance d’évaluation finale, ils seront donc repartis dans les différents bataillons de l’armée nationale."

L'engagement de l'Union européenne

La formation des Faca, organisée et financée par l’Union européenne, devrait être renforcée par la Russie qui vient de faire une livraison d’armes légères à la RCA. "Nous sommes vraiment contents avec la donation qu’a faite la Russie. C’est une manière de réopérationnaliser les Faca qui ont besoin de ces équipements, de ces armes pour pouvoir se mettre en place, aller aux côtés de la Minusca et travailler ensemble pour la sécurisation de la population centrafricaine" explique pour sa part,le général Fernando Garçià Blàzquez, commandant de la force EUTM en fin de mission qui salue ce geste de la Russie.

Moscou vole aux secours de Bangui

En attendant cette livraison d'armes de la Russie, les Etats Unis ont promis eux aussi d'aider l'armée centrafricaine. Un don de près de 13 millions de dollars. De l'argent sous forme de programmes de formation. Ils concerneront la maintenance des véhicules et du matériel de communication ainsi que des cours d'anglais.