1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

L'armée congolaise de retour à Goma

C'était la condition pour l'ouverture de négociations avec le gouvernement de la République démocratique du Congo : les rebelles du M23 ont quitté samedi la ville de Goma après onze jours d'occupation.

Trois cents policiers congolais sont arrivés à Goma en provenance de Bukavu

Trois cents policiers congolais sont arrivés à Goma en provenance de Bukavu

Le retrait samedi des rebelles du M23 fait suite à la médiation des pays voisins de la RDC. Mais il ne signe visiblement pas la fin de la crise car les rebelles du M23 ont prévenu : ils reviendront à Goma si les négociations ne débutent pas dans l'immédiat. C'est du moins ce que suggèrent ces propos de Sultani Makenga le chef militaire du M23:

« Comme ils nous ont demandé de nous retirer, nous le faisons. Si le président Kabila et son gouvernement veulent que nous revenions, nous reviendrons. Toutefois, s'ils écoutent nos exigences, il n'y aura aucun problème ! »

Les habitants de Goma toujours sous le choc

Après onze jours passés sous occupation rebelle, Goma ressemble à une ville fantôme. Beaucoup de personnes préfèrent rester chez elles craignant des exactions mais aussi des réglements de compte de la part de détenus remis en liberté. Aussi, de nombreux habitants ont-ils pris la fuite. La priorité, ce sont les besoins des populations estime Hiroute Gebre Sellassie, Chef de la mission de l'ONU en RDC :

« Je pense que la première chose est de répondre aux besoins de la population. Aider ceux qui le veulent , à retourner chez eux. »

Sultani Makenga, chef militaire du M23

Sultani Makenga, chef militaire du M23

Le gouvernement congolais tente de rassurer

Afin de combler le vide de sécurité, environ trois cents policiers congolais ont été envoyés depuis Bukavu la capitale de la province du Sud Kivu. Ils doivent assurer la sécurité des populations en attendant l'arrivée annoncée pour ce lundi des soldats de l'armée régulière. Quant aux négociations, on ignore quand elles vont avoir lieu entre rebelles et pouvoir congolais. Elles seront une épreuve humiliante pour Kinshasa qui avait opposé dès le début une fin de non recevoir. Mais afin de s'assurer que le plan de paix est bien mis en oeuvre, les pays de la sous-région ont mis en place une instance de supervision dirigée par un officier de l'armée ougandaise.

Écouter l'audio 02:05

" Si le président Kabila et son gouvernement veulent que nous revenions, nous reviendrons " (Sultani Makenga)












Ecoutez également ci-dessous le point à 17h TU en lien audio:

Écouter l'audio 03:23

"La sécurité des populations est la priorité" (Fréjus Quenum)

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet