L′angoisse se poursuit à Fukushima | International | DW | 17.03.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

L'angoisse se poursuit à Fukushima

Une cinquantaine de personnes s'efforce toujours de refroidir les réacteurs de la centrale. Après avoir utilisé des hélicoptères, ils ont renoncé aujourd'hui aux canons à eau en raison de la trop forte radioactivité.

Des employés de Tokyo Electric Co. expliquent la situation à la centrale de Fukushima-Daiichi

Des employés de Tokyo Electric Co. expliquent la situation à la centrale de Fukushima-Daiichi

La petite équipe d'ingénieurs qui travaille sur le site est certainement en train de se sacrifier. Les taux de radioactivité sont en effet supérieurs à ce qu'un être humain peut absorber sans mettre sa santé en danger. La situation est par ailleurs en train de provoquer un vent de panique dans le monde entier. La plupart des pays occidentaux rapatrient leurs ressortissants sur place. Les Etats-Unis qui disposent d'un contingent de 50 00 hommes au Japon ont instauré une zone interdite de 50 kilomètres autour de la centrale, soit plus que celle instaurée par les autorités japonaise.

La Chine a réclamé que le gouvernement japonais communique toutes les informations dont il dispose. En effet, la catastrophe japonaise alimente toutes les rumeurs en Chine où la population s'est ruée sur les stocks de sel iodé car l'iode empêche les particules radioactives de se fixer sur la thyroïde et donc de provoquer des cancers. Mais le sel iodé est inefficace car les quantités d'iode sont trop faibles. En Russie orientale, la population s'inquiète également et achète des pastilles d'iodes et des compteurs Geiger pour détecter la radioactivité.

Une femme nourrit son enfant dans un centre d'accueil pour les populations évacuées autour de la centrale

Une femme nourrit son enfant dans un centre d'accueil pour les populations évacuées autour de la centrale

Nuage radioactif sur le Pacifique

Lors de la catastrophe de la centrale ukrainienne de Tchernobyl, en 1986, un nuage radioactif avait été projeté dans l'atmosphère avant de se déposer en Europe et jusqu’en Afrique du nord. La probabilité qu'un tel scénario se reproduise est jugée pour l'instant faible par la plupart des experts car la quantité de radioactivité projetée par la catastrophe de Tchernobyl était beaucoup plus importante.

Mais cela ne veut pas dire que tout est étanche à Fukushima, bien au contraire. Un nuage radioactif existe déjà. Il s'est échappé de la centrale et les vents l'ont poussé au-dessus de l'océan pacifique. Cela signifie qu'il va contaminer le milieu marin, à commencer par le plancton et par la suite, se propager peut-être à toute la chaine alimentaire et donc jusqu'à l'homme. L'Inde, Taiwan, les Philippines, la Malaisie, Singapour et le Sri Lanka ont annoncé leur intention de tester les produits frais importés du Japon. Notamment le poisson.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Aude Gensbittel

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !