1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Lampedusa, deux mois après

Deux mois après la tragédie de Lampedusa, l'Europe et l'Italie qui avaient promis de modifier les règles pour éviter de nouveaux noyés ont adopté deux mesures importantes. D'autres sont à l'étude du Conseil européen.

L'italie a renforcé la surveillance maritime depuis le naufrage du 3 octobre

L'italie a renforcé la surveillance maritime depuis le naufrage du 3 octobre

Au lendemain de la tragédie de Lampedusa, les autorités italiennes et l'Union européenne avaient promis de modifier les règles pour éviter de nouveaux drames. Tout en ajoutant que le processus serait long. Notamment sur une éventuelle modification des accords de Dublin qui responsabilise uniquement le premier pays accueillant un réfugié. Un règlement contesté par l'Italie, la grande plaque tournante de l'immigration clandestine qui veut, au contraire, impliquer toute l'Union européenne dans la gestion des demandeurs d'asile.

Aider ne sera plus un délit

Deux mesures importantes ont déjà été adoptées. La première concerne l'Italie, avec l'abolition du délit de solidarité. Cela veut dire que les personnes qui aideront des clandestins en danger ne pourront plus être poursuivies par la justice. Sur l'abolition du délit de clandestinité réclamé par l'Europe, la discussion est toujours en cours au Parlement, la droite traînant les pieds.

Surveiller les frontières

L'autre décision, adoptée par le Parlement européen, concerne la mise en place d'un système de surveillance des frontières de l'Union européenne avec les pays de la Méditerranée. L'objectif est de prévenir les mouvements de migrants, l'Europe ne voulant plus de noyés en mer.

Chaque semaine ou presque, de nouvelles embarcations clandestines à la dérive

Chaque semaine ou presque, de nouvelles embarcations clandestines à la dérive

L'Italie a déjà renforcé ses patrouilles maritimes en Méditerranée depuis le naufrage, en octobre, de plus de 360 migrants originaires de la Corne de l'Afrique à bord d'un bateau en feu à quelques centaines de mètres du port de Lampedusa. Environ 150 personnes avaient pu être sauvées.

Lundi, les gardes-côtes italiens ont réussi à secourir environ 120 réfugiés, essentiellement des Syriens, qui se trouvaient sur une embarcation à la dérive au large des côtes de la Calabre par mauvais temps. Le bateau avait été repéré dimanche après un appel au secours via le téléphone satellitaire d'un Égyptien se trouvant à bord.

Lutter contre le trafic

Reste la question de la lutte contre les trafiquants de migrants. Un chapitre difficile qui demande un engagement concret dans les pays d'origine et de transit où les tensions politiques sont fortes, comme notamment en Libye. Pas plus tard que vendredi dernier (29.11), les autorités libyennes ont intercepté trois bateaux transportant près de 300 Africains candidats à l'émigration en Europe. Les migrants, originaires pour la plupart du Mali, de la Gambie, du Ghana et du Sénégal, ont été emmenés dans des centres de rétention.

Les ministres de l'Intérieur devraient se réunir en fin de semaine lors du prochain Conseil européen sur la Justice et les Affaires intérieures. Selon un officiel, ce sujet devrait alors être abordé et des mesures concrètes adoptées.

La rédaction vous recommande