1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

L'Allemagne soutiendra-t-elle ses alliés en Syrie ?

Les USA, la Grande-Bretagne et la France sont prêts à intervenir en Syrie. Cela ne semble plus qu'une question de temps. L'Allemagne, elle, s'interroge encore sur sa participation éventuelle à une opération militaire.

default

Eurofighter de la Bundeswehr Phantom F4

Théoriquement, le gouvernement allemand est solidaire de ses partenaires et alliés occidentaux. Mais jusqu'ici, Berlin évite de prendre une position concrète sur le dossier syrien. Si l'usage d'armes chimiques en Syrie était confirmé, « l'Allemagne fera alors partie de ceux qui pensent qu'il faut en tirer des conséquences » a déclaré le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle. Sebastian Bruns, chercheur de l'Institut pour la politique de sécurité de l'Université de Kiel, rappelle cependant que depuis le cas de la Libye il y a deux ans et le refus des Allemands de participer à toute opération militaire, les Alliés ne comptent plus vraiment sur Berlin :

« Aux Etats-Unis, on a constaté que l'on ne pouvait pas compter sur les Allemands. Je crois que ce jugement n'a guère changé au cours des 2 dernières années. Maintenant les alliés souhaitent que Berlin ne se mette pas en travers, ne pointe pas un index moralisateur, mais se cantonne à jouer un rôle secondaire. »

Bundeswehrstaffel Afghanistan

Soldats de la Bundeswehr en Afghanistan

Ne pas se mettre hors jeu

Toutefois si Berlin ne s'exprime pas concrètement sur son éventuelle participation, une chose est claire, selon l'analyste Sebastian Feyock de la DGAP, la Société allemande pour la politique étrangère :

« L'intention du gouvernement fédéral est de ne pas se mettre hors jeu comme lors de la mission en Libye. Berlin veut cette fois montrer qu'elle est du côté de ses alliés. Avec une éventuelle participation, on peut naturellement influencer la forme que peut prendre une intervention militaire et se préserver aussi une influence sur le plan diplomatique. »

Boite à outils

Du côté du ministère de la Défense, on évoque „la boîte à outils militaire" dont l'Allemagne dispose dans des cas comme la Syrie. Une boîte à outils qui a souvent été ouverte au cours des dernières années.

Patriot Raketen der Bundeswehr

Missiles Patriot stationnés à la frontière turco-syrienne

En 1992 déjà, des soldats de la Bundeswehr ont pris part au contrôle de l'interdiction de survol au dessus de la Bosnie-Herzégovine avec des avions AWACS dans le cadre de l'OTAN. En 1999, ensuite, des avions de combats allemands de type Tornado ont participé à des frappes aériennes de l'Alliance Atlantique au Kosovo contre des positions serbes. Depuis 2002, des soldats allemands sont par ailleurs stationnés en Afghanistan. L'Allemagne a également soutenu l'opération de la France au Mali en envoyant des avions de ravitaillement en vol.

Et depuis 2013, des systèmes de défense anti aérienne de type Patriot sont stationnés, à la demande d'Ankara, dans le sud-est de la Turquie, près de la frontière avec la Syrie. Reste à savoir si, cette fois, Berlin ouvrira ou non cette « boîte à outils » pour un soutien direct ou indirect à ses alliés occidentaux ?

La rédaction vous recommande