1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'Allemagne renforce son engagement militaire au Mali

Les effectifs de l'armée allemande au sein des missions de stabilisation et formation vont passer de 350 à 300 hommes. Mais la Bundeswehr sera davantage déployée dans les zones, encore dangereuses, du nord du pays.

Écouter l'audio 02:09

Les difficultés du processus de paix (correspondance de Sidiki Doumbia depuis Bamako)

Le Mali est désormais une priorité pour l'armée allemande. Le gouvernement a décidé d'élargir le mandat de la Bundeswehr dans le pays; une décision qui devait être entérinée aujourd'hui par les députés allemands. Dorénavant, les formateurs de l'armée allemande ne resteront plus à Bamako, ils devraient se déployer plus massivement dans les zones qui restent dangereuses, dans le nord du Mali. Une zone où deux cents membres de la Bundeswehr incorporés à la mission onusienne de la Minusma sont déjà présents pour surveiller la mise en place des accords de paix.

Le Nord toujours instable

La tâche est complexe en raison d'une situation toujours volatile dans le nord, comme le reconnaît Albrecht Conze, diplomate allemand à la tête de la mission civile de l'Union européenne EUCAP-Mali, chargée de former la police malienne:

„Il y a toujours des groupes armés qui ne veulent pas entrer dans le processus de paix et refusent d'abandonner le terrorisme. Souvent à cause de leurs intérêts économiques, puisqu'ils sont liés à des trafics... d'armes, de drogue, ou aussi bien sûr des réseaux d'émigration clandestine."

L'effectif de la Bundeswehr engagé au Mali devrait être réduit de 350 à 300 hommes.
Signalons par ailleurs la visite, au Mali, de Bernd Koenders. Ancien chef de la Minusma et actuel ministre des affaires étrangères des Pays-Bas, le diplomate entame ainsi une tournée dans la sous-région pour appliquer les accords passés entre Européens et Africains au sommet de La Valette, en novembre dernier, sur les migrations. Il ne croisera pas le président malien à Bamako, car Ibrahim Boubacar Keita est actuellement hospitalisé à Paris, pour une opération présentée comme "bénigne". Mais de toute façon, les deux hommes n'avaient pas la réputation de bien s'entendre. Bernd Koenders se rendra ensuite au Ghana et en Côte d'Ivoire.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !