1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

L'Allemagne prudente quant à une intervention en Syrie

Alors que l'ONU est dans l'incapacité de voter une résolution, comment mettre un terme au bain de sang en Syrie ? Une question au cœur de la réflexion à Berlin qui n’envisage toutefois pas d’action unilatérale de l’Otan.

Depuis l'attentat perpétré contre des cadres du régime à Damas, mercredi 18 juillet, la répression gagne en férocité et les autorités n'hésitent plus à user d'hélicoptères et de chars pour contrer les rebelles. Le projet d'une éventuelle intervention militaire continue de faire l'objet de discussions au sein de l'Otan (Organisation du traité de l'Atlantique Nord).

La position de l'Allemagne est claire. Elle exclut toute idée d'intervention militaire en Syrie sans feu vert de l'ONU. Le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière, s'en explique : « Tout d'abord, nous sommes encore loin d'une résolution onusienne. Mais même si nous laissons cet aspect, il s'agit ici d'un conflit très compliqué, avec des combats de maison en maison. Donc on se demande comment intervenir. Ce type d'interventions de l'extérieur dans des combats de maison à maison compte parmi les plus difficiles à organiser et parmi celles qui font le plus de victimes. Rappelez-vous que les États-Unis ont engagé 250.000 soldats pour leur intervention en Irak. Quant aux petites frappes aériennes, elles n'apporteraient rien. Avec les moyens limités que nous pouvons mettre en œuvre, cela ne serait pas possible. »

Thomas de Maizière

Le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière

L'heure a t-elle sonné pour Bassar al-Assad ?

La mort de responsables du régime de Bassar al-Assad, dans l'attentat de mercredi, est pour certains observateurs un signal que le régime tend vers sa chute. Jochen Hippler est politologue à l'université de Essen-Duisbourg en Allemagne : « C'est vraiment un signal d'alerte. Et il est probable que le régime tombe dans les prochains mois ou au plus tard l'année prochaine. »

En attendant, la violence prend de l'ampleur. L'Allemagne se dit prête à aider les populations sinistrées. Ainsi le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière, a affirmé : « Pour ce qui est de l'aide humanitaire, tout navire allemand disponible est prêt à l'acheminer en cas de catastrophes comparables. »

Les violences croissantes en Syrie contraignent des milliers de personnes à fuir. Le gouvernement irakien a appelé ses ressortissants à quitter le pays.