1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

L'Allemagne manque de bébés

L'Allemagne est le mauvais élève de l'Union européenne… en matière de taux de natalité. L'Office fédéral des statistiques vient de publier une nouvelle étude pointant ce problème démographique persistant.

default

Les Allemandes ont leur premier enfant de plus en plus tard

Les statisticiens allemands craignent une aggravation à partir de 2020 et mettent en garde contre les répercussions sociales et politiques de ce manque de naissances dans le pays. Le nombre des familles nombreuses est en baisse en Allemagne. Aujourd'hui, 31% des mères n'ont qu'un seul enfant.

Les femmes ont leur premier enfant de plus en plus tard, à 29 ans en moyenne, alors que dans les années 1970, l'âge moyen était encore de 24 ans lors du premier accouchement. Mais depuis, la contraception a révolutionné à la fois la sexualité et, par conséquent, le rythme des naissances.

Disparités en Allemagne

En 2012, il y a eu dans le pays un quart de naissances en moins d'enregistrées par rapport à 1990. A noter : des disparités géographiques existent. Il y a moins de naissances dans les grandes villes qu'à la campagne et plus dans les Länder de l'est du pays que dans ceux de l'ouest.

Männer Elternzeit Deutschland

Les couples allemands hésitent à faire des enfants

Mais globalement, la population allemande vieillit. Avec moins de 2 enfants par femme en moyenne, les générations ne sont pas renouvelées. On est bien loin du Niger, avec une moyenne de 7,6 enfants par femme...

Des raisons multiples

Les raisons avancées pour expliquer cette faible natalité en Allemagne sont complexes et difficiles à établir avec certitude. Il peut s'agir de raisons historiques, sociales, économiques...

Traditionnellement, en Allemagne de l'est, avant la réunification, les structures d'accueil pour enfants en bas âge étaient plus développées qu'à l'ouest. Les femmes de RDA pouvaient ainsi mieux mener de front leur maternité et leur carrière professionnelle qu'en RFA. En période de crise économique, les couples hésitent aussi davantage à faire des enfants, considérés comme une source de frais supplémentaires difficile à assumer.

Alors l'Etat allemand a mis en place des incitations financières comme le salaire parental pour encourager la natalité (voir notre revue de presse datée de ce jour).

En Afrique, les Etats font face au problème opposé...

... ou comment mieux contrôler les naissances : soit en les espaçant, soit en les limitant.

Dans le bidonville de Makoko, à Lagos (Nigéria)

En Afrique, les Etats tentent plutôt de réguler les naissances

Au Rwanda, pays le plus densément peuplé au monde, ce problème s'est par exemple posé avec acuité. L'Office national de la population a lancé de vastes programmes de limitation des naissances. Avec un certain succès puisque le taux de natalité a baissé de 17% entre 1970 et 2012.

L'objectif est que le taux de croissance démographique n'excède pas le taux de croissance économique. Une étude menée en 2005 par deux universitaires, Rwandais et Belge, montre que 97% des Rwandaises en âge de se reproduire approuvent la planification familiale, mais seules 64% pensent que leur partenaire est favorable à la contraception moderne. Un sujet qui, semble-t-il, demeure encore largement tabou.