1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'Allemagne espionne elle aussi

A la Une : une nouvelle affaire d’espionnage, mais qui concerne cette fois-ci les services de renseignement allemands, qui ont écouté des conversations de hauts responsables américains et espionné la Turquie depuis 2009.

Les services de renseignement allemands ou BND ont intercepté « par erreur » une conversation de l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton

Les services de renseignement allemands ou BND ont intercepté « par erreur » une conversation de l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton

La Frankfurter Allgemeine Zeitung se demande si la devise de la chancelière Angela Merkel, « on ne doit pas s’espionner entre amis », s’applique aussi à la Turquie. Car cela fait longtemps que le Premier ministre sortant et futur président turc, Recep Tayyip Erdogan, ne se comporte plus comme un ami envers Berlin. De plus, il se passe beaucoup de choses en Turquie qui ont des conséquences pour la sécurité de l’Allemagne. Par exemple le fait que la plupart des extrémistes qui ont rejoint les rangs de l’ « Etat islamique » en Irak et en Syrie se sont infiltrés dans ces pays par la longue frontière turque.

La mise sur écoute du téléphone d'Angela Merkel par la NSA avait fait scandale en Allemagne

La mise sur écoute du téléphone d'Angela Merkel par la NSA avait fait scandale en Allemagne

Die Welt tient à différencier les récentes affaires d’espionnage : dans le cas de Hillary Clinton, Berlin n’a pas réalisé des écoutes téléphoniques systématiques et dans un but précis, comme l’a fait la NSA, les services secrets américains, avec le téléphone portable de la chancelière Merkel. Dans le cas de la Turquie, il faut reconnaître qu’un partenaire de l’Otan qui cherche à entrer dans l’Union européenne n’est pas forcément un ami proche. La relation avec les Etats-Unis entre dans une autre catégorie.

La Rheinische Post de Düsseldorf dénonce au contraire la double morale du gouvernement allemand, qui nuit à sa crédibilité. Les Allemands ont un service de renseignement et il faut espérer que celui-ci fait son travail, qui consiste aussi à recueillir des informations importantes. Les autres pays font de l’espionnage. Nous aussi. Inutile de le nier.

Le ministère turc des Affaires étrangères estime que l'espionnage entre amis et alliés est « inacceptable »

Le ministère turc des Affaires étrangères estime que l'espionnage entre amis et alliés est « inacceptable »

La Süddeusche Zeitung se demande si les informations obtenues par espionnage valaient vraiment la peine. Les partenaires de la Turquie ont vraiment besoin d’elle actuellement. Les convois d’aide pour les Yézidis et les chrétiens en Irak passent par la Turquie et le pays a accueilli plus d’un million et demi de réfugiés syriens et des milliers d’Irakiens, qui se seraient sinon dirigés vers l’Europe. Les djihadistes se sont déjà dangereusement rapprochés de la frontière turque. Et l’Otan compte sur l’armée turque pour protéger cette frontière, aussi dans l’intérêt de l’Europe. Autant de raisons pour qu’Ankara et Berlin améliorent enfin leurs relations.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !