1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'Allemagne en pleine redéfinition

Les journaux reviennent,entre autres thèmes, largement sur l’engagement de l'Allemagne à l’étranger, évoqué lors de la cinquantième conférence annuelle sur la sécurité qui vient de se tenir à Munich.

Frank-Walter Steinmeier, ministre allemand des Affaires étrangères

Frank-Walter Steinmeier, chef de la diplomatie allemande

Pendant des années, la conférence de Munich sur la sécurité s’est résumée à une réunion d’hommes grisonnants d’Europe et d’Amérique dans un hôtel de Bavière, qui réaffirmaient l’amitié indéfectible entre leurs pays et leurs peuples et l’importance de la coopération pour le bien de tous, peut-on lire dans la Süddeutsche Zeitung. L’édition 2014 n’a pas failli à la règle, à la différence près que l’érosion de l’alliance transatlantique était visible, et les grandes paroles ne suffisaient pas à combler le fossé entre Européens et Américains, dû notamment au scandale des écoutes de la NSA en Europe.

Traduire les discours dans la pratique

Dans son discours à Munich, le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, a estimé que la République fédérale devait, au vu des crises et des conflits dans le monde, passer du statut de « bon partenaire auparavant, à celui d’une puissance qui s’engage plus fermement et de façon plus visible ». La Frankfurter Allgemeine Zeitung analyse ce tournant politique qui semble s’opérer en Allemagne. Elle rappelle que sous le ministre des Affaires étrangères précédent, Guido Westerwelle, l’Allemagne avait atteint le summum de l’inaction en s’abstenant lors du vote au Conseil de sécurité de l’ONU sur une intervention en Libye. Désormais, l’Allemagne définit différemment son rôle dans le monde, mais les conséquences pratiques de ce changement restent peu claires.

Quel rôle pour la Bundeswehr?

Quel rôle pour la Bundeswehr?


Un flou que déplore également la tageszeitung, suite au discours du président allemand Joachim Gauck, à Munich. Un discours que le journal a trouvé empreint d’autosuffisance. « Quand on estime que certaines guerres sont nécessaires, il faut au moins être à même de définir avec exactitude leurs raisons, leurs objectifs, les options militaires et les sorties de crises possibles ».

Des élections pour rien

Et puis un mot de la Thaïlande. Die Welt titre sur « une élection qui ne vaut rien ». Le journal raconte que le blocage de bureaux de vote et les nombreux bulletins nuls ont torpillé le vote d’hier. Même vainqueur du scrutin, le parti de la premier ministre Shinawatra sera dans l’incapacité d’obtenir une majorité stable. Et la chef du gouvernement restera vulnérable, incapable de lancer les réformes politiques et économiques nécessaires au redressement d’une Thaïlande exsangue.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !