1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'Allemagne doit-elle accueillir Snowden ?

L'ex-consultant de la NSA s'est dit prêt à venir en Allemagne pour témoigner dans l'enquête sur les écoutes secrètes américaines, au moment où Berlin et Washington pourraient conclure un accord anti-espionnage.

Edward Snowden compte de nombreux admirateurs en Allemagne

Edward Snowden compte de nombreux admirateurs en Allemagne

Edward Snowden demande à l'Allemagne de prendre une décision extrêmement délicate, commente la Süddeutsche Zeitung : choisir si elle est avec ou contre les États-Unis. Car si Berlin décidait d'accueillir et de ne pas extrader le lanceur d'alerte bloqué à Moscou, cela affecterait non seulement la coopération entre les services secrets et militaires, mais aussi les relations germano-américaines dans leur ensemble. Dans cette affaire, ajoute le journal, la Russie profite directement des révélations de Snowden. Vladimir Poutine peut se frotter les mains de voir l'Europe de l'Ouest se méfier désormais des États-Unis.

Le député allemand Hans-Christian Ströbele a rencontré Snowden à Moscou la semaine dernière

Le député allemand Hans-Christian Ströbele a rencontré Snowden à Moscou la semaine dernière

Le gouvernement allemand ne risquera pas l'affront envers son allié américain, mais que se passerait-il si Snowden débarquait illégalement à Berlin ? s'interroge die tageszeitung. Cela dépend de l'opinion publique. S'il se montrait du matin au soir à la télévision, il deviendrait vite « notre Snowden ». Le gouvernement ne pourrait pas l'extrader sans honte. Pour Angela Merkel, ce serait une occasion en or de montrer que l'Allemagne n'est pas le caniche des États-Unis. Et même si les Américains protestaient, conclut la taz, ils devraient aussi accepter cette petite revanche de la chancelière après toutes ces années d'espionnage.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung met en garde : si l'Allemagne accueillait Edward Snowden et refusait de le livrer aux États-Unis, on pourrait dire adieu à un accord anti-espionnage avec Washington. Et le gouvernement n'aurait pas avancé d'un pouce pour enrayer l'espionnage à grande échelle des Américains.

Die Welt ne voit pour sa part aucun intérêt à un accord anti-espionnage entre l'Allemagne et les États-Unis. Même si chaque partie inscrit ce qu'elle veut dans le texte, tout le monde sait que ce ne seront que des vœux pieux. Car pour les pays à la pointe du développement, l'espionnage industriel des autres pays est depuis longtemps un pillier du système de concurrence globale. Il y a quelques jours, Barack Obama a assuré que la NSA ne pratiquait l'espionnage que pour des raisons sécuritaires. Il s'est sans doute trompé, ironise le quotidien.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !