1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'Afrique au cœur de l'Allemagne

Présidence allemande du G20, négociations avec la Namibie concernant le génocide des Herero et des Nama, engagement au Mali : la politique allemande en 2017 sera aussi africaine.

Écouter l'audio 02:00

Allemagne - Afrique : quelles perspectives pour 2017 ?

Jusqu'au 1er décembre 2017, l'Allemagne assume la présidence du G20, groupe composé de l'Union européenne et de 19 poids lourds économiques mondiaux. Angela Merkel a souhaité faire de l'Afrique une priorité de la présidence allemande. La chancelière, candidate à un quatrième mandat, le disait fin novembre dans un message vidéo : "Quels instruments peut-on mettre en place, parallèlement à l'aide au développement classique pour faire avancer le développement économique de l'Afrique ? C'est la question prioritaire. Comment renforcer les coopérations avec les banques de développement africaines ? Comment soutenir la classe moyenne en Afrique ? Du ministre des Finances au ministre de l'Economie en passant, bien-sûr, par le ministre des Affaires étrangères et du développement - c'est le travail de l'ensemble du gouvernement allemand qui est requis."

Kanzlerin Merkel in Afrika deutsche Flagge (picture-alliance/dpa/M. Kappeler)

Angela Merkel accueillie en grande pompe, en Ethiopie, en octobre dernier

Quelques mesures ont déjà été annoncées : amélioration des conditions pour les investissements privés, augmentation des fonds alloués au développement des infrastructures et des systèmes de santé, lutte contre les causes des migrations, lutte contre les effets du changement climatique. En juin, une conférence spéciale sur la collaboration avec l'Afrique aura lieu à Berlin. Pour l'heure, difficile de savoir si toutes ces bonnes intentions seront transformées en actes concrets.

Négociations ardues avec la Namibie

Outre le G20, les négociations avec le gouvernement namibien sur le génocide des Herero et des Nama entre 1904 et 1908 dans ce qui était alors une ancienne colonie allemande devrait également préoccuper l'Allemagne. Berlin souhaite s'excuser mais les discussions ont pris du retard, à cause notamment de la question des réparations. Un accord sera-t-il adopté par les députés avant la fin de la législature ? Rien n'est moins sûr !

Le Mali devrait s'inviter dans les débats

Enfin, l'engagement de la Bundeswehr au Mali devrait également faire parler de lui. En janvier, le gouvernement veut donner son accord pour l'élargissement de la mission. Au lieu des 650 soldats actuellement sur place, le contingent allemand auprès de la mission de l'Onu pourrait pointer à 1000. Jusqu'ici, l'opinion publique ne s'est guère préoccupée du sujet. Mais cela pourrait changer.

Hans-Peter Bartels est commissaire parlementaire aux forces armées : "les forces allemandes sont très bien équipées. Elles ont désormais des drones qui leur permettent de mieux tracer leur itinéraire. Elles savent comment faire face au danger. Mais c'est la mission de l'Onu la plus dangereuse. C'est l'Onu qui le dit. Et les chiffres lui donnent raison."

En octobre, 70 casques bleus et autre collaborateurs de l'Onu avaient déjà trouvé la mort au Mali. Lors d'une visite aux troupes allemandes peu avant Noël, la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, a cependant rappelé que la patience est le maître mot de cette mission.

 

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !