1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afro-presse (hebdomadaire)

L’Afrique à travers la presse allemande

Parmi les sujets évoqués cette semaine dans les journaux, il y a les combats dans l’est du Tchad, à la frontière avec le Soudan. Des combats entre l’armée gouvernementale et des rebelles tchadiens de l'UFDD.

Réfugiés soudanais au Tchad

Réfugiés soudanais au Tchad

La semaine avait déjà commencé sous de funestes auspices : le week-end dernier, les rebelles de l’UFDD et du RFC, le Rassemblement des forces pour le changement, avaient rompu le cessez-le-feu observé avec l’armée du président Déby, en accusant le gouvernement de ne pas respecter l’accord de paix signé il y a un mois à Syrte, en Libye. Depuis, les combats se sont multipliés à la frontière avec le Darfour soudanais. Mercredi, la Frankfurter Allgemeine Zeitung se faisait l’écho de ces violences dont le nombre de victimes n’a pu être établi avec certitude. La FAZ rappelle que la région théâtre de ces affrontements est aussi celle où doivent se déployer, d’ici la fin de l’année, 3500 soldats européens chargés de protéger les civils du Darfour voisin.

Egalement sujet à commentaire : la venue confirmée du président Robert Mugabe au sommet Europe-Afrique de Lisbonne des 8 et 9 décembre prochain, et, en corollaire, l’absence de Gordon Brown...

... le Premier ministre britannique qui a fait savoir qu’il serait tout de même représenté, par l'ancien ministre Valerie Amos.

Quoiqu’il en soit, pour la Süddeutsche Zeitung, l’absence de Gordon Brown au sommet n’est une surprise pour personne puisque le chef du gouvernement britannique avait déjà annoncé à maintes reprises son refus de s’asseoir à la même table que le dirigeant zimbabwéen. Les autres états membres de l’UE, hormis peut-être la République tchèque, accordent quant à eux trop d’importance à ce sommet pour imiter la Grande-Bretagne. A cela, plusieurs raisons évoquées par la SZ : il s’agit de la première rencontre du genre depuis celle du Caire il y a sept ans, mais surtout les diplomates européens constatent qu’ils sont en train de perdre du terrain en Afrique au profit des Chinois et qu’ils ont donc besoin rapidement de nouveaux partenariats économiques et politiques. En tout cas, Angela Merkel, elle, a décidé depuis longtemps qu’elle assisterait au sommet de Lisbonne, Mugabe ou pas.

Autre sommet qui a intéressé les journaux : celui du Commonwealth qui s’est tenu à Kampala en fin de semaine dernière.

La tageszeitung titrait lundi sur le « mauvais climat au bord du Lac Victoria », une allusion bien sûr aux discussions du Commonwealth sur la protection de l’environnement, mais aussi aux tensions entre les 53 pays membres. La taz cite notamment le « plan d’action » annoncé qui ne prévoit en fait pas d’action concrète, mais seulement d’aspirer, sur le long terme, à une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Un compromis en deçà des résolutions escomptées et dû aux réticences du Canada et de l’Australie, deux pays dont les émissions de CO2 comptent parmi les plus élevées du monde, comme le rappelle au passage le journal. Autre déception relevée par la taz : le report de l’adhésion du Rwanda qui devra désormais patienter jusqu’à réexamen de son dossier, sur liste d’attente, donc, aux côtés de l’Algérie, du Yémen, de Madagascar et du Soudan.

Le sida fait couler beaucoup d’encre, cette année encore, à l’occasion du 1er décembre, la Journée internationale de lutte contre la maladie.

"L’argent ne suffit pas" comme le titre par exemple l’hebdomadaire Die Zeit qui publie un long reportage effectué en Ouganda. Die Zeit rappelle qu’en 1987, le président Yoweri Museveni a été l’un des premiers chefs d’état africains à évoquer ouvertement la maladie. A l’époque, aucune thérapie n’était encore connue, aucun fond n’était disponible pour les campagnes de promotion du préservatif, alors le président avait appelé les hommes du pays à rester fidèles, ou plutôt, suivant le slogan bucolique de l’époque, de « rester paître dans leurs propres pâturages ».

Le message a fini par passer...

Oui, puisque, comme l’explique Die Zeit, le nombre de séropositifs a baissé de 10% entre 1992 et 2002 en Ouganda. L’aide à l’Afrique pour la lutte contre le sida se chiffre à près de 10 milliards de dollars chaque année et l’Ouganda fait partie des principaux bénéficiaires de cette aide internationale. Cela dit – et c’est là l’objet principal de l’article – l’argent ne règle pas le problème principal, qui favorise la propagation du virus : l’ignorance de beaucoup : les hommes rechignent toujours à se faire dépister mais refusent souvent le préservatif, les campagnes n’atteignent pas toujours les habitants des régions les plus reculées et les médecins, dans les campagnes, déplorent leur manque d’équipement et de médicaments. De plus, l’hebdomadaire souligne l’absurdité de la situation dans les villes, où les hôpitaux sont délabrés alors que les centres d’aide aux malades du sida sont dans des bâtiments neufs. Or, à cause du manque de coordination dans le pays, les autorités ne disposent pas de chiffres fiables sur le nombre de patients ougandais qui bénéficient d’antirétroviraux : officiellement, ils sont 90 000, mais peut-être que dans la réalité, ils ne sont que la moitié. De même, le suivi médical laisse à désirer et certains patients ne prennent pas régulièrement leurs traitements. Die Zeit conclue avec le directeur de la commission ougandaise contre le sida que davantage de moyens devraient être investis en amont, pour la prévention plutôt que pour les traitements.

Cap sur l’Afrique du sud : la presse allemande croit aux chances de Jacob Zuma pour succéder à Thabo Mbeki à la tête de l’ANC.

La Frankfurter Allgemeine Zeitung explique que l’ancien vice-président sud-africain a déjà obtenu le soutien de plusieurs bureaux de province du Congrès national africain dans sa course à la présidence du parti. Le vote n’aura lieu qu’à la mi-décembre, mais la FAZ rappelle que si Zuma venait à prendre la tête de la formation, cela serait un coup au chef de l’Etat Thabo Mbeki car, traditionnellement, le dirigeant de l’ANC est aussi le candidat de sa formation à la présidentielle. Aux prochaines élections n’auront lieu qu’en 2009, mais après deux mandats, Thabo Mbeki ne pourra pas se représenter. D’où les craintes de certains membres du parti, qui ont joué en sa défaveur, de voir le chef de l’Etat briguer la tête de l’ANC pour pouvoir désigner lui-même le candidat à sa propre succession.

Un mot encore sur un article paru dans la tageszeitung. Il s’agit des fleurs, boutures et bulbes européens qui, pour 40% d’entre eux, proviennent du Kenya. En Allemagne, les plantes kenyanes ont même conquis 65% du marché. La taz explique que dans les années 1980, des arboristes hollandais ont commencé à exporter leurs plantations dans des pays plus ensoleillés et où les coûts de production sont moins élevés. La représentante de la KHRC, organisation kenyane des droits de l’Homme, estime que ces pratiques sont bénéfiques pour le Kenya : la culture de ces fleurs est moins polluante, malgré le transport en avion, que la culture en serre européenne, avec lumière électrique et chauffage. Et elle crée des emplois dont le pays a grandement besoin : 500 000 dans le domaine des fleurs, et même plus d’un million et demi pour les ressources vivrières comme les haricots.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !