1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

L'Afghanistan et le Pakistan sombrent dans la violence

Une nouvelle attaque revendiquée par les talibans a fait au mois neuf morts dont six employés étrangers de l'ONU ce matin à Kaboul. Un autre attentat a fait une centaine de morts sur un marché de Peshawar au pakistan

La bombe a frappé en plein coeur d'un marché de Peshawar avant de provoquer un incendie qui a ravagé les boutiques du bazar

La bombe a frappé en plein coeur d'un marché de Peshawar avant de provoquer un incendie qui a ravagé les boutiques du bazar

A Kaboul, l'attaque a débuté ce matin à 5h 30 heure de Kaboul, une heure du matin en temps universel. Les trois assaillants, équipés d'armes automatiques et revêtus d'uniformes de la police, s'en sont pris aux employés de l'ONU. "Ce que nous savons pour l'instant c'est qu'à l'aube, une maison d'hôtes occupée par des employés des Nations Unies a été attaquée", a déclaré le porte-parole des Nations Unies à Kaboul, Aleem Siddique. " Des hommes armés sont parvenus à y entrer. Mais beaucoup d'employés à réussi à quitter le bâtiment."

Six employés de l'ONU ne sont cependant pas parvenus à fuir et ont été tués au cours de cette attaque. Ils sont tous étrangers mais on ignore encore leur nationalité, à l'exception d'un seul qui serait Américain. Il a fallu ensuite trois heures de combats pour venir à bout des assaillants qui ont d'ailleurs tousété tués par les forces de sécurité. Deux policiers afghans ont aussi péri durant ces combats.

Perturber l'élection présidentielle

Par ailleurs, peu après cette attaque, deux roquettes ont explosé, sans faire de victimes, près de l'hôtel Serena, à Kaboul, un établissement de luxe où résident de nombreux étrangers.

L'attentat contre les employés de l'ONU a été aussitôt revendiqué au téléphone par Zabiullah Mujahid, le porte-parole des talibans. Celui-ci a affirmé qu'il s'agit d’une "première étape" visant à "perturber le second tour de l'élection présidentielle." Du côté de l'ONU, la première réaction a été d'affirmer que cet attentat ne devrait rien changer à la présence des Nations Unies en Afghanistan : "Nous contrôlons en permanence nos procédures de sécurité", a poursuivi Aleem Siddique. "Nous sommes présents depuis plus de 40 ans dans ce pays et nous avons prévu d'y rester. Les Afghans eux-mêmes souhaitent que nous restions, en particulier dans ces moments décisifs."

Les violences sont en hausse en Afghanistan en ce mois d'octobre. Le 8 octobre, une autre attaque suicide revendiquée par les talibans a fait 17 morts devant l'ambassade de l'Inde. Par ailleurs, 54 militaires américains ont été tués depuis le début du mois, ce qui fait d'octobre 2009 le mois le plus meurtrier pour l'armée américaine depuis son intervention en septembre 2001.

Carnage à Peshawar

L'explosion d'une voiture piégée a fait 90 morts mercredi sur un marché bondé de Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, quelques heures après l'arrivée de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clintondans le pays pour y relancer les relations bilatérales. Ce nouvel attentat, perpétré alors que l'armée est engagéedans une grande offensive contre les taliban, est le plusmeurtrier depuis celui qui fit 140 morts en 2007 dans un cortègemarquant le retour de l'ex-Premier ministre Benazir Bhutto.

On déplore plus de 150 blessés. La bombe a dévasté une ruemarchande de cette ville qui, durant des années, servit de QG aux moudjahidine soutenus par le Pakistan et les Etats-Unis dansla guerre contre l'occupation soviétique de l'Afghanistan. Personne n'a revendiqué l'explosion, mais les soupçons se sont immédiatement portés sur les taliban pakistanais qui sont la cible de l'offensive militaire menée depuis le 17 octobre au Sud-Waziristan, près de la frontière afghane.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !