1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'Afghanistan dans la tourmente

Situation tendue en Afghanistan : l’accident de circulation provoqué hier à Kaboul par un véhicule militaire américain a entraîné une explosion de violence dans la capitale afghane. Les émeutes, qui ont fait plusieurs victimes, sont les plus violentes depuis la chute des talibans en 2001. Elles sont également révélatrices du malaise qui règne entre la population et les forces internationales dans le pays. L’événement fait la une de tous les journaux ce matin en Allemagne.

Les émeutes qui ont éclaté à Kaboul ont fait au moins huit morts et une centaine de blessés, après l'accident provoqué par un véhicule américain.

Les émeutes qui ont éclaté à Kaboul ont fait au moins huit morts et une centaine de blessés, après l'accident provoqué par un véhicule américain.

Selon des témoins, rapporte la Süddeutsche Zeitung, la situation a dégénéré lorsque des Afghans ont jeté des pierres sur le convoi américain et que les soldats ont riposté en tirant sur la foule. S’il est encore trop tôt pour déterminer précisément la responsabilité de chacun, une chose est claire, estime le journal. Cette émeute n’est que la face visible d’un conflit profondément ancré. Une partie de la société afghane déchirée se révolte contre la voie imposée à l’Afghanistan par les puissances occidentales.

Cette partie, ce sont les deux tiers d’Afghans qui souffrent de la pauvreté, explique la Frankfurter Rundschau. Et ils ont de multiples raisons de se révolter: la corruption, l’incompétence ou l’inaction du gouvernement, l’arrogance des soldats et experts étrangers, et enfin, l’appel des taliban et d’autres mouvements militants. Dans la seule région soi-disant sous contrôle du président et dans laquelle un parlement s’efforce de légiférer, un simple accident suffit à provoquer une émeute armée et à faire se lever une masse contre l’Amérique, le président, la police, et les troupes internationales de l’isaf… Ceci, estime le journal, en dit bien plus sur l’ambiance qui règne dans le pays que les rapports positifs sur les progrès démocratiques.

Selon Die Welt, l’avenir de l’Afghanistan est aussi incertain que celui de l’Irak. L’évolution est prévisible : le pays va encore encaisser de nombreux coups et dépendre encore longtemps de l’assistance étrangère. La mission occidentale est loin d’être terminée. Elle ne doit en aucun cas être reconsidérée. Exactement comme en Irak.

Même parallèle chez la Neues Deutschland : dans l’ombre de la situation désastreuse en Irak, la stabilité apparente de l’Afghanistan vacille. De plus en plus de kamikazes passent à l’action et depuis quelques semaines, les attaques des taliban s’intensifient dans le sud du pays. Et que choisissent les Etats-Unis comme réponse ? Des bombardements en tapis, dont les tristement célèbres « dommages collatéraux » sont la conséquence. Cinq ans après la chute des talibans, la guerre est latente en Afghanistan.

Pour finir, un autre parallèle dressé par la Tageszeitung. La presse américaine a révélé justement hier un massacre perpétré par des soldats américains en Irak il y a six mois. Un massacre étouffé par l’état-major américain. Certes, note le journal, la découverte de ce scandale coïncide tout à fait par hasard avec les émeutes en Afghanistan, qui découlent de l’autoritarisme des occupants américains sur place. Mais le président Bush va maintenant avoir bien du mal à trouver une justification morale à sa croisade contre l’Iran.

  • Date 30.05.2006
  • Auteur Anne Le Touzé
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C6zc
  • Date 30.05.2006
  • Auteur Anne Le Touzé
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C6zc
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !