1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'affaire du Probo Koala devant la justice britannique ?

Amnesty International et Greenpeace demandent l'ouverture d'une enquête pénale au Royaume-Uni sur le déversement en 2006 de déchets toxiques à Abidjan. Il s'agit de déterminer la responsabilité de l'armateur Trafigura.

Le Probo Koala en 2006, lors d'une escale à Tallinn en Estonie

Le Probo Koala en 2006, lors d'une escale à Tallinn en Estonie

Aprrès avoir fait escale notamment aux Pays-Bas, le cargo Probo Koala et son chargement toxique avaient finalement terminé leur course en Côte d'Ivoire. Ces déchets avaient été répandus dans plusieurs endroits de la ville, causant la mort d'au moins 17 personnes et près de 100.000 intoxications, selon la justice ivoirienne. La multinationale de courtage pétrolier et de transport maritime Trafigura, affréteur du navire, conteste le lien entre les problèmes de santé et le navire.

Un tribunal néerlandais a déjà déclaré Trafigura coupable d'avoir exporté illégalement les déchets depuis les Pays-Bas, mais le parquet a refusé de prendre en considération les événements qui se sont déroulés par la suite à Abidjan comme leur impact sur la santé humaine.

Les décisions prises au Royaume-Uni ?

Après 3 années d'enquête, les deux organisations non gouvernementales Amnesty International et Greenpeace ont rédigé un rapport de plus de 250 pages. Elles demandent cette fois à la justice du Royaume-Uni d’ouvrir une enquête sur le rôle joué par la multinationale Trafigura.

Selon les deux ONG, la branche de Trafigura basée au Royaume-Uni a pris "un grand nombre de décisions cruciales à l'origine du désastre".

Le rapport met par ailleurs en doute le caractère légal d'un accord conclu en Côte d'Ivoire permettant à Trafigura d'échapper à toute poursuite judiciaire pour le rôle qu'elle a joué dans le déversement de déchets.

Écoutez l'interview de Francis Perrin, porte-parole d'Amnesty International, au micro de Soline Ngumo.

Écouter l'audio 03:17

"Cela n’a pu se passer que parce qu’un acteur privé a essayé de réduire les coûts, mais aussi parce que plusieurs États n’ont pas fait leur travail" (Francis Perrin)

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !