1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'adieu au pacte de stabilité?

Le pacte de stabilité aura-t-il vécu ? C’est la question que se posent aujourd’hui en substance certains commentateurs de la presse allemande après les déclarations martiales de Franz Müntefering, le chef du SPD, et la décision des Ministres des Finances des Etats embres de ne pas tenir compte du vote de la Commission européenne exigeant le respect des fameux 3% de déficit budgétaire, l’un des critères fondamentaux du pacte de stabilité exigé à grands cris en leur temps par la France et l’Allemagne.

L'un des piliers de l'Europe : la protection des déficits comme garant de la stabilité

L'un des piliers de l'Europe : la protection des déficits comme garant de la stabilité

Une France et une Allemagne qui viennent de renvoyer l’ascenseur à Berlusconi, titre non sans ironie la TAZ , de Berlin. Quelle belle journée que la journée d’hier pour Giulio Tremontoni, Ministre italien des Finances. A la question de savoir s’il fallait envoyer à Rome un petit avertissement en raison du déficit national qui va friser la marque magique des 3%, ses collègues ont décidé en toute bienveillance de reporter la décision à juillet, après les élections européennes qui, comme chacun le sait exige maintenant de partir à la pêche aux voix. L’assurance que l’Italie ferait quelque chose – sans autre précision d’ailleurs – pour respecter cet engagement suffit amplement, ironise le journal, pas besoin de détails supplémentaires.

Une ironie que ne partage pas la Rheinpfalz qui s’inquiète plutôt du manque de sérieux du Ministre fédéral de l’Economie qui continue d’affirmer pouvoir tenir sa promesse de respecter le Pacte de Stabilité, alors que tout indique que ceci est parfaitement impossible. Il est même consternant de voir un ministre renouveler une allégeance à un contrat qu’il ne cesse de violer. Et en faisant semblant de ne rien voir, ses collèges et lui transforment ce pacte de stabilité en un chiffon de papier.

Pour la Süddeutsche Zeitung , c’est l’occasion rêvée pour revoir ce pacte de stabilité. Le quotidien propose qu’à l’avenir, l’Union europénne ne considère plus le seul déficit global mais tienne également compte des endettements qui sont la véritable menace de la stabilité. Un nouveau cap qui doit être imposé contre la volonté des politiciens favorables à l’anarchie de l’endettement.

Pour les Stuttgarter Nachrichten enfin, l’Allemagne est en train de se discréditer complètement. Non seulement, elle viole par trois fois la règle d’airain qu’elle avait elle-même imposée aux soi-disant pays dissipés du sud de l’Europe, mais les promesses qu’elle vient de faire sonnent de plus en plus creux : la crise conjoncturelle a beau être grave et le pacte de stabilité digne de réformes, cet aveu d’impuissance disqualifie Berlin dans le concert des Européens sérieux.

  • Date 12.05.2004
  • Auteur Christophe LASCOMBES
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9hs
  • Date 12.05.2004
  • Auteur Christophe LASCOMBES
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien http://p.dw.com/p/C9hs
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !