1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L'activiste Nouhou Arzika veut faire sa mue

​​​​​​​Au Niger, l'élection présidentielle aura lieu seulement dans quatre ans mais des aspirants aux plus hautes fonctions de l'Etat se font déjà connaître. Parmi eux, un militant de la société civile, Nouhou Arzika.

Écouter l'audio 02:27

"Inch' Allah, je serai le futur président de la République" (Nouhou Arzika)

Depuis quelques jours, tout le Niger parle de Nouhou Arzika. Ce leader de la société civile nigérienne préside une organisation qui s'appelle "Mouvement patriotique pour une citoyenneté responsable". Il est un fervent critique de l'actuel chef de l'Etat Mahamadou Issoufou qui ne pourra pas briguer un troisième mandat.

Mis au défi par lssoufou

Même si l'on soupçonne Nouhou Arzika de caresser depuis longtemps le désir d'être président du Niger, ce sont des propos de l'actuel chef de l'Etat Mahamadou Issoufou qui ont accéléré les choses. En effet, le 7 juin, lors d'une réception à la présidence marquant la fin du mois de jeûne musulman, le président aurait tancé les acteurs de la société civile qui, selon lui, seraient des "spécialistes de la critique n'ayant jamais connu l'épreuve des urnes". Des propos qui sonnent comme une mise au défi aux oreilles de Nouhou Arzika :

"Inch' Allah, je serai le futur président de la République qui va remplacer Issoufou. On sera candidat pour gagner."

Renouveler la classe politique

Nouhou Arzika est un fervent critique de l'action politique au Niger. Un de ses thèmes de prédilection est l'intervention des forces étrangères sur le sol nigérien pour lutter contre le terrorisme. Potentiellement un thème de campagne sur lequel Nouhou Arzika a déjà un discours bien rodé :

"Nous sommes convaincus que, la question sécuritaire aujourd'hui est le fait d'un certain nombre de laboratoires qui réfléchissent à ça, qui organisent ça et qui choisissent les endroits où ils doivent créer la situation pour être dans la position de continuer à maintenir l'instabilité dans le monde, de continuer à maintenir le terrorisme dans le monde et être dans la position de créer la situation qui est là."

Une décision attendue

Un acteur de la société civile qui glisse sur le terrain politique, cela ne surprend pas Moussa Zangaou, ancien député nigérien :

"Il n'y a ici rien de surprenant. Même si en fait, les acteurs de la société civile sont souvent porteurs de casquettes différentes. On est à la fois politicien et acteur de la société civile. Et malheureusement, ça fait partie de ce qui crée la crise de confiance ou le manque de repaires chez les citoyens qui ont encore beaucoup à apprendre à la fois des hommes politiques et des acteurs de la société civile."

Tchangari dément être candidat

Des rumeurs indiquent que Moussa Tchangari, responsable de l'Ong "Alternative Espaces Citoyens", serait également candidat à la présidentielle de 2021 au Niger. Une information démentie par l'interessé que nous avons contacté au téléphone.

À la question de savoir comment il réagit à l'annonce de son homologue Nouhou Arzika, Moussa Tchangari affirme à notre micro que c'est le droit de tout citoyen de se présenter à une élection. L'essentiel selon lui est de faire en sorte que le successeur du président Issoufou ne soit pas une figure issue de la classe politique traditionnelle.

Des réactions partagées

Ici un florilège de quelques réactions sur les réseaux sociaux. Le ton va de l'informatif à la moquerie :





Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !