1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La vente d'armes au prix de la morale

Après 7 ans de négociations, l'ONU a adopté le premier traité sur le commerce international des armes. Si les journaux allemands saluent un succès historique, ils estiment que tout reste à faire.

Die Welt, se montre en effet très sceptique. Chaque pays doit évaluer avant toute transaction, si les armes vendues risquent d'être utilisées pour commettre des violations des droits de l'Homme, ou être détournées au profit de terroristes. Si c'est le cas, la transaction ne devra pas être conclue. Un texte flou qui permet une libre interprétation, estime le journal.

Beaucoup de pays africains et d'États du Golfe qui bafouent les droits humains ne devraient donc plus obtenir un seul fusil ? La Chine et la Russie vont-elles réellement renoncer à ces milliards de dollars ? s'interroge Die Welt, d'autant qu'aucune sanction n'est prévue en cas de non-respect du traité. Ce texte des Nations unies est un début mais ce n'est qu'un début !

UN Vertrag Kontrolle Waffenhandel

La résolution a été adoptée avec 154 voix pour et trois contre : Syrie, Corée du Nord, Iran

Chaque pays est libre de le ratifier, la Russie a déjà indiqué qu'elle pourrait ne pas le signer. Le succès de l'accord dépendra donc aussi de la rigueur avec laquelle les États le feront respecter. La Süddeutsche Zeitung, pense qu'il est peu probable que les États de façon unilatérale osent porter des accusations de violations des droits de l'Homme à l'encontre d'un autre État, à moins d'un embargo international.

Le journal souligne par ailleurs que les munitions et les grenades ne sont pas concernées par le traité, ni d'ailleurs les transferts d'armes aux acteurs non-étatiques, comme les rebelles tchétchènes ou l'opposition armée syrienne.

La Frankfurter Rundschau est également d'avis que tout reste à faire. Comme toujours dans les traités internationaux, l'accord conclu est loin des espérances. Si un pays veut contourner les textes, il trouvera le moyen de le faire.

Die tageszeitung revient sur la crise politique en France, provoquée par le scandale Jérôme Cahuzac. Après avoir nié et menti, l'ex-ministre du Budget a reconnu posséder un compte secret en Suisse. Quelle ironie ! Celui qui avait justement pour mission de combattre la fraude fiscale est lui-même coupable, remarque le journal. Un scandale qui non seulement fait l'effet d'une bombe, mais qui discrédite tout un système politique. Le président François Hollande ne pouvait pas imaginer pire scénario.

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !