1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Dossier

La Turquie visée par une offensive du PKK

Les séparatistes kurdes ont mené mercredi des attaques coordonnées dans le sud-est de la Turquie, tuant au moins 24 soldats. Ankara a envoyé des troupes d'élites à la poursuite des assaillants, en territoire irakien.

default

Des soldats turcs près de la frontière irakienne, en 2007

Suite aux attaques lancées mercredi contre des postes militaires de la province d'Hakkari, près de la frontière irakienne, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a immédiatement annulé un déplacement au Kazakhstan pour participer à une réunion de crise avec les ministres de l'Intérieur et de la Défense.

Bulgarien Türkei Präsident Abdullah Gül in Sofia

Le président turc Abdullah Gul a promis que la vengeance serait "très sévère"

Le chef du gouvernement a appelé à la fermeté. Il a confirmé que des troupes d'élite turques étaient entrées en territoire irakien pour pourchasser les assaillants, et ce dans le respect du droit international. Recep Tayyip Erdogan a aussi incité la population turque à rester calme. Il a affirmé que c'est par la démocratie et les droits de l'Homme que l'on règlera le problème terroriste.

Un problème qui a redoublé de violence depuis cet été. En comptant les victimes de ces nouvelles attaques, plus de 50 membres des services de sécurité turcs ont été tués depuis le mois de juillet dans des attaques attribuées aux rebelles kurdes. Il y a quelques jours encore, le président Abdullah Gül était d'ailleurs venu dans la région pour tenter de remonter le moral des troupes.

Pour revenir aux évenéments de ce mercredi, il semble qu'une centaine d'activistes du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, a ouvert le feu à l'arme automatique sur plusieurs postes militaires. L'armée turque a ensuite lancé des raids aériens sur des positions des rebelles kurdes en Irak et plusieurs centaines de soldats d'Ankara ont donc pénétré en territoire irakien.

Militärkonflikt zwischen Türkei und Kurden

La Turquie pourrait décider de lancer une opération au sol

Le PKK met en garde Ankara

Le Kurdistan irakien sert de base arrière aux rebelles. La Turquie estime qu'ils sont environ 2.000 et a menacé à plusieurs reprises d'intervenir militairement dans la région pour mettre un terme à leurs actions.

Pour l'instant, Ankara se contente de raids aériens. Mardi encore, des avions turcs avaient bombardé des positions du PKK. Et il y a deux semaines, le Parlement a approuvé le renouvellement pour un an de l'autorisation de procéder à ces raids.

Mais face à ces attaques, la Turquie pourrait décider de passer outre les réticences du gouvernement irakien. A Bagdad, les autorités souhaiteraient éviter une telle incursion sur leur territoire, mais elles ne parviennent pas non plus à lutter efficacement contre les rebelles du PKK, comme elles s'y sont engagées. Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu demandait encore il y a une semaine que l'Irak assure la sécurité de sa frontière.

D'après l'agence France Presse, un porte-parole du PKK, Ahmed Denis, a prévenu mercredi que la Turquie s'exposait à être frappée "plus fort" si elle mènait des opérations militaires hors de ses frontières.

Le PKK est engagé depuis 1984 dans une lutte armée visant à obtenir l'indépendance de la partie kurde du pays.

Auteur : Sébastien Martineau (avec AFP, Reuters, DPA)
Edition : Mireille Dronne

La rédaction vous recommande