1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La Turquie et la démocratie

Nombreux sont ceux qui souhaitent que l'Union européenne durcisse le ton vis à vis d'Ankara en réaction à la répression et aux purges en cours visant les opposants au gouvernement en Turquie.

La situation en Turquie et la politique du président Recep Tayyip Erdogan font l’objet de nombreux commentaires dans les pages internationales des journaux allemands ce lundi.

"Le président turc Erdogan perd toute modération, vis à vis des voix critiques dans son propre pays comme dans ses rapports avec ses partenaires occidentaux!"  C’est du moins le constat du quotidien régional Stuttgarter Nachrichten.

Türkei Erdogan bringt Ausweitung des Ausnahmezustands auf ein Jahr ins Spiel (AFP/Getty Images)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé l'Europe d'encourager le terrorisme en soutenant le PKK, ajoutant qu'il se moquait d'être traité de dictateur par les dirigeants européens.

Erdogan qualifie l’Allemagne de 'refuge pour terroristes': un tel reproche de la part d’un homme dont le pays a longtemps laissé agir la milice terroriste du groupe Etat Islamique, lui assurant même la liberté de mouvement à travers le pays vers la Syrie ! En arrêtant d'importants représentants de la minorité kurde, Erdogan verse encore un peu plus d’huile sur le feu d’un conflit qui menace de déchirer la Turquie en profondeur. Quant aux opérations militaires unilatérales d’Erdogan en Syrie et en Irak, elles entraînent le pays encore plus profondément dans le bourbier des guerres civiles du Proche-Orient", conclut l’éditorialiste... 

 

"Rien n’est plus absurde que l’idée de pouvoir échanger en toute cordialité avec le président Erdogan sur les conditions constitutionnelles d’une démocratie parlementaire!", souligne la Frankfurter Rundschau: "Malgré tout, il faut rester en contact. Les défenseurs de la société civile turque, soumis à des pressions de plus en plus fortes, doivent savoir que l’on ne les laisse pas seuls face à ce despote.

Kölner Demo gegen die Festnahme führender kurdischer Politiker (HDP) in der Türkei (DW/B. Demir)

Manifestation kurde à Cologne, dans l'ouest de l'Allemagne contre l'arrestation des députés du parti HDP en Turquie

D'autant plus que malgré toutes ses atteintes aux principes démocratiques, Erdogan jouit encore du soutien d’une partie non négligeable de la population. L’Allemagne et les autres états de l’UE ne doivent pas donner plus longtemps l’impression qu’ils sont prêts à sacrifier les valeurs et principes constitutionnels au profit d’intérêts à court terme, tel que l’accord sur l’accueil de migrants", avertit le quotidien de Francfort.  

 

"Que va -t-il rester du pluralisme?", s’interroge la Süddeutsche Zeitung face aux répressions auxquelles est soumis le parti d’opposition pro-kurde HDP: "Seulement Erdogan?

Türkei Ankara Parlament Innenaufnahme (picture-alliance/AA/E. Top)

Enceinte du parlement turc à Ankara. Le parti pro-Kurde HDP (Parti démocratique des peuples) a annoncé un boycott partiel du Parlement pour protester contre le placement en détention de ses deux co-présidents et de plusieurs autres de ses députés.

C’est à redouter. Persécuté, le HDP menace maintenant de quitter le Parlement; cela aurait pour conséquence que la politique se fasse alors dans la rue, - avec des conséquences imprévisibles pour le pays tout entier. Le seul organe qui peut unir la Turquie, c'est le Parlement à Ankara, estime la Süddeutsche. Cependant, critique l’éditorialiste, les partis turcs se sont d’une certaine manière eux-mêmes soumis à Erdogan."

 

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !